Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Meldois
Meldois
Masculin Nombre de messages : 2847
Age : 37
Localisation : Meaux
Date d'inscription : 16/09/2008
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.meauxleforum.com

La dictée d'évaluation donnée aux élèves de seconde.

le Sam 31 Jan 2009, 17:12
Quand on me dit que le niveau de grammaire et d'orthographe des jeunes - ados, collégiens et lycéens - est médiocre, je veux bien le croire. Mais quand on essaie de le démontrer par une dictée d'évaluation, proposée aux élèves de secondes, je me pose des questions sur la démarche même de cette évaluation. Le texte de la dictée m'a gêné, le voici :


"L'atelier 76.

Gilles ouvrit le battant d'une lourde porte et me laissa le passage. Je m'arrêtai et le regardai. Il dit quelque chose, mais je ne pouvais plus l'entendre, j'étais dans l'atelier 76. Les machines, les marteaux, les outils, les moteurs de la chaîne, les scies mêlaient leurs bruits infernaux et ce vacarme insupportable, fait de grondements, de sifflements, de sons aigus, déchirants pour l'oreille, me sembla tellement inhumain que je crus qu'il s'agissait d'un accident, que ces bruits ne s'accordant pas ensemble, certains allaient cesser. Gilles vit mon étonnement.

- C'est le bruit, cria-t-il dans mon oreille.

Il n'en paraissait pas gêné. L'atelier 76 était immense. Nous avançâmes, enjambant des chariots et des caisses, et quand nous arrivâmes devant les rangées des machines où travaillaient un grand nombre d'hommes, un hurlement s'éleva, se prolongea, repris, me sembla-t-il, par tous les ouvriers de l'atelier. Gilles sourit et se pencha vers moi.

- N'ayez pas peur. C'est pour vous. Chaque fois qu'une femme rentre ici, c'est comme ça.

Je baissai la tête et marchai, accompagnée par cette espèce de «Ah !» rugissant qui s'élevait maintenant de partout. A ma droite, un serpent de voitures avançait lentement, mais je n'osais regarder.»

Claire Etcherelli, Elise ou la vraie vie. "


(source : Le FIGARO en ligne > http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2009/01/30/01016-20090130ARTFIG00178-zero-en-dictee-pour-deux-lyceens-sur-trois-.php)



Cette dictée serait facile. Vraiment ? Oui, à la troisième lecture. Mais au premier coup d'oeil, j'aurai tendance à la trouver un peu piège ; avec ses verbes conjugués au passé simple et ses nombreux accents circonflexes. Et je ne sais pas dans quelles conditions cette dictée a été faite, mais à froid, sans avoir un peu revu la grammaire, je pense que j'aurai fait autant de fautes. Le passé simple est destabilisant.
Je croyais que le texte choisi pour cette dictée était plutôt un texte d'actualité, un article d'hebdomadaire. Ici on a un texte littéraire.
Savoir écrire, comprendre un texte, maîtriser la grammaire et l'orthographe est une chose que je considère comme importante, mais le choix de ce texte me semble ici un peu absurde tant il semble en décallage avec le problème du niveau des élèves à l'écrit. Après, la question serait : pourquoi est-il en décallage ? Et est-ce normal ?

Et vous qu'en pensez-vous ?

.......................................................
QUI NE DIT MEAUX CONSENT...
http://www.meauxleforum.fr
Modérateur
Modérateur
Masculin Nombre de messages : 55
Date d'inscription : 13/10/2008
Voir le profil de l'utilisateurhttp://graal.over-blog.net

Re: La dictée d'évaluation donnée aux élèves de seconde.

le Lun 02 Fév 2009, 14:55
C'est bizarre, j'ai pensé tout à fait le contraire en voyant le dictée. Elle n'est pas non plus bien difficile et je ne vois pas tant de pièges que cela. Le fait est que les élèves de collège ou de lycée doivent connaître les règles de grammaire et s'ils ne savent pas faire la différence entre un passé simple ou un imparfait, c'est quand même grave pour la suite. Le type d'enseignement a considérablement changé, malheureusement!!!

.......................................................
Khrist
http://graal.over-blog.net
avatar
Meldois
Meldois
Masculin Nombre de messages : 2847
Age : 37
Localisation : Meaux
Date d'inscription : 16/09/2008
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.meauxleforum.com

Re: La dictée d'évaluation donnée aux élèves de seconde.

le Lun 02 Fév 2009, 23:19
Non elle n'est pas dificile... Ce n'est pas la dictée de Pivot ^^. Mais elle me semble en complet décallage avec le médiocre niveau de français qu'elle est sensée dénoncer. Le passé simple c'est déjà une difficultée plus grande, que celle d'un français courant (utilisant présent, imparfait, futur simple), et que beaucoup d'élèves ne maîtrisent pas. Si des gens ont été choqués parce que des élèves de seconde avaient eu zero à une dictée "aussi simple" que celle-ci, mais je me demande ce qu'ils penseraient à la lecture du premier skyblog venu !

.......................................................
QUI NE DIT MEAUX CONSENT...
http://www.meauxleforum.fr
Modérateur
Modérateur
Masculin Nombre de messages : 55
Date d'inscription : 13/10/2008
Voir le profil de l'utilisateurhttp://graal.over-blog.net

Re: La dictée d'évaluation donnée aux élèves de seconde.

le Mar 03 Fév 2009, 12:31
Bah c'est bien le problème!!! Si un élève de seconde ne maitrise pas les temps grammaticaux, où va le monde? lol!!! Pour avoir déjà donné des cours, j'ai l'exemple d'un élève qui ne savait pas ce qu'était un conditionnel. De mémoire il devait être en seconde aussi!!! Donc cette dictée révèle quand même des choses assez grave. Même si elle ne révèle rien en soi car c'est quelque chose qu'on savait déjà lol

.......................................................
Khrist
http://graal.over-blog.net
avatar
Meldois
Meldois
Masculin Nombre de messages : 2847
Age : 37
Localisation : Meaux
Date d'inscription : 16/09/2008
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.meauxleforum.com

Re: La dictée d'évaluation donnée aux élèves de seconde.

le Mar 03 Fév 2009, 18:12
Hélas...

Mais le pire dans tout ça c'est la dynamique que ça produit qui tire tout vers le bas. Si personne ne fait d'effort auour de vous, vous n'en ferez pas non plus, etc.

Enfin ce n'est pas que l'école qui est dans cette situation.

.......................................................
QUI NE DIT MEAUX CONSENT...
http://www.meauxleforum.fr
avatar
Meldois
Meldois
Masculin Nombre de messages : 1500
Age : 66
Localisation : meaux
Date d'inscription : 17/01/2009
Voir le profil de l'utilisateur

Re: La dictée d'évaluation donnée aux élèves de seconde.

le Dim 08 Fév 2009, 13:32
Sujet qui me tient à coeur, alors je vais en mettre une tartine ; pardon par anticipation, Fabien Wink

La question n'est pas de savoir si la dictée est facile ou non, "piégeuse"ou non.

C'est que sur exactement les mêmes items, les résultats ont terriblement baissé depuis 1987 - et que c'est dramatique.

Il est très bien porté d'annoncer que "l'orthographe est la science des imbéciles" (en général ceux qui le disent tentent de se trouver une auto-justification ou bien, à l'opposé, l'affirment pour les autres quand bien même ils en ont une impeccable et qu'ils veillent à ce que leur progéniture soit aussi bien dotée (dis-moi où tu scolarises tes gosses et ce que tu leur fais apprendre, je te dirai dans quel camp tu te situes s'il y a hiatus avec tes opinions affichées)

C'est une erreur grave que de croire cela


Parce que l'orthographe est un marqueur social essentiel
parmi d'autres certes mais fondamental, tout comme une certaine culture universelle (idem, quand on dit comme l'ineffable Lang que "tout est culture", en général on veille à ce que ses propres gosses bénéficient de la culture la plus classique et la plus académique qui soit ; rap pour les mômes de banlieue, danse classique et cours de violoncelle pour les siens),
les codes vestimentaires
et bien d'autres "petites choses" qui font la différence.

Cela dit, si les élèves de maintenant ont des lacunes en orthographe (comme dans le domaine de l'expression orale et écrite plus largement) ce n'est pas parce qu'ils sont plus crétins que les précédents. C'est entre autres raisons - mais celle-là est fondamentale - parce que le nombre d'heures dévolus à l'enseignement du français a considérablement diminué en quarante cinq ans.

On a perdu environ 800 heures de français entre le CP et la troisième durant ce laps de temps... ce qui représente plus d'une année scolaire, toutes matières confondues ! Bien sûr, ces heures ne se sont pas évaporées, on les a remplacées par autre chose ; mais le bilan est globalement négatif car la méconnaissance de la langue implique forcément des difficultés de compréhension qui limitent l'aptitude à réussir dans les autres matières.

C'est ainsi que les enfants des classes favorisées qui baignent dans un univers linguistique et littéraire optimal sont avantagés de manière décisive - même si quelques exceptions confirment la règle (en plus, ces familles ont les moyens comme le réflexe de pallier une éventuelle insuffisance à grand renfort de cours particuliers, de séances d'orthophonie etc.).

J'ajouterai que dans bien des pays dont la pratique de la langue est plus "facile" (parce qu'elle est davantage "phonétique" quand le français fonctionne de manière quasiment idéographique, parce que le vocabulaire est moins étoffé, la conjugaison plus simple, etc.) on continue de travailler sur le fonctionnement de la langue pendant toutes les études secondaires alors qu'en France on feint d'estimer que la question est résolue en fin de troisième... On ne fait guère plus que de la "littérature" après.

A force de "démocratisation" de l'école (cette "démocratisation" passant par un abaissement du niveau d'exigence en ce domaine, entre autres), la proportion de fils et de filles d'ouvriers présents dans les classes préparatoires a été divisée par deux en un quart de siècle et la massification de l'entrée à l'université n'est guère un palliatif : 50% des étudiants en sortent sans diplôme et des titulaires de masters sont souvent fort heureux de trouver un emploi dans un Mc-Do...

On peut suivre un cursus universitaire en étant totalement dysorthographique (on peut même devenir professeur des écoles sans grande difficulté... et ainsi perpétuer le problème ; on n'avait aucune chance d'être instituteur avec ce handicap il y a quelques décennies !). On ne peut pas intégrer une grande école et ce sont les grandes écoles qui comptent, de nos jours, si on se réfère aux critères habituels de la réussite sociale (je suis très conscient qu'on peut réussir sa vie sans avoir fait Polytechnique ou Sciences Po ... merci de ne pas me chercher là-dessus)

*******************

Cela dit, puisqu'à l'origine on parle de dictée, je suis très réservé quant à l'emploi de cet exercice (puisque c'est de cela qu'on parle) comme outil de progression des savoirs en orthographe.

C'est tout au plus un instrument d'évaluation - imparfait de surcroît. Dans la vraie vie, on rédige, on n'écrit pas sous la dictée ; on peut utiliser un dictionnaire, un Bescherelle, chercher un synonyme, tourner sa phrase autrement si on a un doute sur une construction complexe qui entraîne un problème d'accord litigieux. On peut aussi tout simplement... demander une information!

Mais je demeure persuadé qu'il faut redonner sa primauté à l'enseignement du français en général comme de tout ce qui constitue l'ensemble des "marqueurs sociaux" pour rétablir les moteurs de l'ascenseur social. On n'en est même plus à l'escalier, pour "la masse", mais à une échelle dont la moitié des barreaux est sciée et qu'il faut gravir avec un sac à dos plein de pavés, quand d'autres prennent un téléphérique à très grande vitesse.

*******************

PS : ayant l'habitude des objections ironiques quand on aborde ce sujet, je réponds par avance. Oui, il m'arrive également de commettre de grossières erreurs d'orthographe et de syntaxe en écrivant (surtout avec un clavier). Mais je ne suis pas une référence, loin de là... Et on peut énoncer une opinion sur un sujet, quand bien même on n'est pas parfait en la matière; Vous croyez que tous les gens qui parlent de football jouent aussi bien que Zidane ?
Visiteur
Visiteur
Nombre de messages : 35
Date d'inscription : 20/12/2008
Voir le profil de l'utilisateur

l'orthographe, la dictée, etc..........

le Sam 14 Fév 2009, 15:04
On peut en effet regretter qu'un texte littéraire soit donné comme sujet de dictée, mais celui-ci ne présentait pas vraiment de difficultés. Un texte journalistique aurait pu avoir plus de sens, mais n'aurait pas forcement été plus simple du point de vue de l'orthographe. De plus, ce n'est pas parce qu'un texte est plus signifiant pour les élèves que ceux-ci respectent davantage les règles d'orthographe et de grammaire. Pour beaucoup d'élèves, c'est une lubie des profs auxquels ils refusent de se plier.

Cette évaluation est un non-sens puisque que les élèves ont eu une épreuve de dictée à la fin de la 3e, au Brevet des Collèges. Il eut été bien plus pertinent d'évaluer le niveau d'élèves de terminale, qui n'ont plus fait de grammaire et d'orthographe depuis la classe de 3e !!!

Je ne suis pas d'accord avec toutes les analyses qui consistent à dire que ne pas maîtriser l'orthographe et la grammaire, c'est pas grave, du moment qu'on fait faire aux élèves des choses qui ont du sens. (c'est pour cela que les notes de dictée comptent si peu par rapport aux autres épreuves du Brevet)!!

A mon avis, il faudrait reprendre le raisonnement à la base : la maîtrise de règles d'orthographe et de grammaire permet de donner aux élèves une rigueur, qualité indispensable quand il s'agit d'analyser de façon un peu approfondie un discours (ce que sont justement censés faire des élèves de lycée)!
avatar
Meldois
Meldois
Masculin Nombre de messages : 1500
Age : 66
Localisation : meaux
Date d'inscription : 17/01/2009
Voir le profil de l'utilisateur

Re: La dictée d'évaluation donnée aux élèves de seconde.

le Ven 20 Fév 2009, 18:47
D'accord avec la conclusion de l'intervenant précédent. On déclare d'une part que l'enseignement littéraire ne sert à rien (le mépris de "la princesse de Clèves) et "on" (le même) se demande si la connaissance des mathématiques est bien utile quand on ne se destine pas à un métier scientifique. Que restera-t-il donc??
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum