Partagez
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
avatar
Meldois
Meldois
Masculin Nombre de messages : 2852
Age : 37
Localisation : Meaux
Date d'inscription : 16/09/2008
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.meauxleforum.com
01122013
Reprise d'un article paru sur le blog du groupe politique "Au Centre du Pays Meldois " (Modem)
Je trouve l'initiative de la CAPM bonne et l'idée de rentabiliser et valoriser son patrimoine en y trouvant un intérêt économique est tout à fait pertinent ! La critique du groupe modem ci-dessous n'en n'est pas vraiment une (les réserves sont minimes). Mais l'information est intéressante.

-----------

Meaux privatise son patrimoine !
Publié le 30 novembre 2013

Depuis cette rentrée, le Pays de Meaux a décidé de proposer à la location plusieurs grandes salles communautaires à des organismes ou des entreprises qui chercheraient un espace particulier pour des événements.


Quels sont ces espaces qui peuvent être privatisés ?
Ils sont au nombre de 5 :
- L’Espace Culturel Charles Beauchart, plus précisément le Théâtre, le Hall, le Bar, la salle d’exposition de l’entrée ainsi que la salle du Manège. Bref quasiment tout.
- La salle champagne de l’Espace Caravelle
- La salle Bossuet de la Maison de l’emploi et de l’économie
- Mais aussi Le Musée de la Grande Guerre en totalité Le Musée Bossuet (Les salles basses) dans la cité épiscopale.


Pourquoi une telle initiative ?
Il s’agit de répondre à une absence d’offre de location de salle de grande taille ou d’un certain standing sur le territoire de la Communauté d’Agglomération et que rechercheraient des organismes ou des entreprises. Cette initiative ne semble donc pas entrer en concurrence avec les espaces de location déjà existants, ni avec les salles des centres sociaux. Le public visé n’étant pas le même.


Pourquoi ces salles ?
Les raisons sont diverses.
- La salle Bossuet situé boulevard Jean Rose à la Maison de l’emploi et de l’économie présente une sous-utilisation annuelle.
- Les salles de la médiathèque Chenonceau et Charles Beauchart offrent un espace considérable, de qualité et mutimodale, notamment la médiathèque du quartier du Marché, susceptible de correspondre au profil des espaces recherchés par les organismes.
- Pour le Musée de la Grande Guerre, la démarche s’inscrit dans une stratégie de développement qui a pour finalité de faire du Musée un espace à rayonnement régional, en faire un centre de réception haut de gamme.
- En ce qui concerne enfin la salle du Musée Bossuet, il s’agit de proposer un espace situé dans un espace magnifié par le patrimoine de la cité épiscopale.

Quoi qu’il en soit, tous ces espaces se caractérisent par des prix assez prohibitifs rendant leur privatisation accessible qu’à un nombre restreint d’organismes. C’est pourquoi deux questions se posent :

Le carnet de réservations va-t-il suivre au point que cela justifierait ces mises en location ? Silence radio sur ce point. On nous dit ne pas pouvoir y répondre.


Qu’en est-il ensuite des activités culturelles auxquelles sont d’abord destinés ces lieux ?
Un enjeu essentiel : concilier service public et privatisation partielle
Des horaires en principe adaptés aux visites du grand public

C’est le minimum. Les différentes locations adaptent les tranches horaires ouverts à la location avec la venue du grand public. C’est ainsi que pour les locations du Musée de la Grande Guerre, elles sont rendues possibles seulement tôt le matin ou en fin d’après-midi et soirée (sachant que ce dernier créneau sera le plus demandé). Pour les autres espaces, la réservation locative peut se faire en journée, les brochures précisant néanmoins sous réserve que la tranche horaire ne corresponde pas à la programmation culturelle établie. Il en est ainsi pour l’espace Charles Beauchart.
Plusieurs réserves apparaissent cependant.
La première concerne la salle Bossuet de la Maison de l’Emploi et de l’Économie dans le centre-ville.

La configuration de cet espace est unanimement reconnu par ses usagers comme peu pratique, ceci d’autant plus qu’il concentre plusieurs services importants (Mission locale, Point Information Jeunesse, Direction de l’économie du Pays de Meaux…). La mise en location de la grande salle principale risque de ne pas améliorer la cohabitation de tous ces acteurs dans un espace qui reste trop étroit pour les services qui lui sont dévolus.


L’autre réserve est celle de savoir quelle place a été pensée pour les associations du Pays de Meaux.

Les médiathèques meldoises sont régulièrement demandées par les associations afin de mettre en place un de leurs événements (Des événements qui s’ajoutent à la programmation annuelle des médiathèques). Il faudra donc faire attention à ce que les demandes privées et associatives ne se chevauchent pas. Et si la situation se présente, c’est le milieu associatif qui doit être prioritaire. En ce qui concerne le Musée de la Grande Guerre et le musée Bossuet, qui relèvent de notre patrimoine local, leur ouverture à la location pourrait intéresser aussi le tissu associatif du Pays de Meaux. Plusieurs d’entre elles nous ont fait d’ailleurs un retour dans ce sens. Or les tarifs pratiqués rendent clairement cette hypothèse impossible. Les associations n’en ont pas les moyens. Comment l’expliquer ?

Ce qu’il faut savoir c’est que les tarifs en vigueur ont fait l’objet récemment d’une adoption en conseil communautaire du Pays de Meaux, d’un arrêté municipal et d’une validation par la préfecture. Ces tarifs tiennent compte des différents cas de réservations qui pourraient se présenter mais sous l’angle de tel ou tel lieu à louer afin d’en fixer le prix. Le cas de la finalité de la location particulière, dans notre réflexion, du milieu associatif, c’est à dire de l’intérêt général, ne semble pas avoir été pensé. Les réponses qui nous ont été apportées ont été assez imprécises : L’une d’entre elles était que ces locations avaient un coût qu’il fallait bien appliquer tout simplement… Il n’est pas sûr que ce type d’argument fasse mouche auprès des meldois et des associations. Il est de toute façon irrecevable puisque l’ouverture de ces locations n’ont occasionné aucun frais particulier supplémentaire.

C’est une chose de tarifer des espaces à louer s’en est une autre de réfléchir parallèlement aux moyens de les rendre accessibles au milieu associatif lorsque la nécessité pourrait s’en faire sentir. Ça serait aussi un mauvais signal envoyé à l’heure où l’avenir de l’ancienne salle des fêtes et de la nouvelle sont encore très floues,.

Certains de nos interlocuteurs, ayant bien compris que le sujet était sensible, ont voulu se montrer rassurants. Ils ont indiqué qu’il y aurait sans doute la possibilité de s’adapter au cas où une association se montrerait intéressée par un des lieux. Tout ceci restant au final à la discrétion du Président de la Communauté d’Agglomération. Cette réponse, bien qu’allant dans le bon sens, reste naturellement trop incertaine.pour que l’on puisse s’en satisfaire.


Que conclure ?
D’abord que ces locations peuvent présenter un certain intérêt. Cela peut-être une bonne chose si elles permettent une plus grande valorisation de l’endroit, une utilisation plus régulière sans entrer en concurrence avec l’offre déjà existante. Mais ces structures sont d’abord là pour bénéficier au plus grand nombre. Il ne faut pas l’oublier. Le Musée de la Grande Guerre, le Musée Bossuet de la cité épiscopale, les médiathèques du centre-ville et de Beauval, la Maison de l’Économie et de l’Emploi, ce n’est pas rien. Ces lieux sont des lieux d’histoire, de culture, de sociabilité, d’accompagnement vers l’emploi. Ils incarnent chacun à leur manière un service public. Il est essentiel de préserver ce caractère.

Nous resterons donc vigilants et reviendrons sur le sujet.


.......................................................
QUI NE DIT MEAUX CONSENT...
http://www.meauxleforum.fr
Partager cet article sur :Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Commentaires

avatar
Je suis d'accord les associations devraient être prioritaires pour ces salles, car à Meaux il n'y a pas ou peu d'endroit pour accueillir leurs événements. Mais je crains fort qu'on ne privilégie la rentabilité financière au détriment de la vie associative.
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum