Partagez
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
avatar
Meldois
Meldois
Masculin Nombre de messages : 2852
Age : 37
Localisation : Meaux
Date d'inscription : 16/09/2008
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.meauxleforum.com
07072013
J'ai envie de commencer cette note avec une pensé pour tous les bénévoles (acteurs techniciens, placeurs, gens de l'accueil...) pour qui le Spectacle Historique représente beaucoup de temps et de travail (et de plaisir aussi). Bravo à vous ! Sachez aussi que ce qui est dit dans la suite de cet article ne vous concerne pas. Et que ça me chagrinerait que vous preniez pour vous la critique d'un spectacle dans lequel vous vous êtes investit, mais dont vous n'êtes pas responsables.

---------

Hier soir (6 juillet 2013), j'ai assisté à la représentation du "nouveau" Spectacle Historique de Meaux. Et j'étais plutôt content d'y aller. Même si je n'y assiste pas tous les ans (et la dernière fois ça devait être il y a 4 ou 5 ans), c'est un spectacle que je conseillais volontiers, à voir, pour le divertissement, l'originalité, ou le coup d'œil. Aujourd'hui je ne conseillerais pas d'aller voir le nouveau spectacle, "le guetteur de lumière".

Depuis la disparition il y a 2 ans de Charles Beauchart (l'un des créateurs du spectacle en 1982), il a été décidé par la Ville de confier les rennes du Spectacle Historique à un autre metteur en scène (Dominique Martens). Qui a décidé (choix respectable) de faire un nouveau spectacle à sa sauce. Malheureusement la nouveauté n'est pas toujours synonyme de "bien" et la sauce en question serait plutôt du genre gloubiboulga.

Le "Guetteur de lumière" est un spectacle indigeste, une succession de (longs) tableaux (limite chiants parfois) sans liens les uns avec les autres. Où il n'y a ni histoire... ni Histoire ! (un comble pour un spectacle "HISTORIQUE"). Un summum de niaiserie accompagné tout du long d'une bande son originale mais atroce, versant par moment dans la comédie musicale bas de gamme (dans le genre sous-Disney) ! Et avec en fond, un message moralisateur à 2 balles : "la guerre c'est pas bien". Rideau sur le Spectacle Historique de Meaux !

L'exemple même que la vision d'un homme fait tout ! Et le regretté Charles Beauchart (vraiment regretté pour le coup :s ) avait su faire pendant 30ans avec talent, une vraie écriture et un goût pour composer une belle bande son, un spectacle de qualité et qui tenait la route.

De ce qu'était le Spectacle Historique reste : des costumes, des décors, de la technique et une équipe de bénévoles impliqués. Mais l'âme et la passion qui animaient le spectacle, ont disparut avec l'histoire (la grande et la petite), en même temps que son créateur.

Et c'est d'ailleurs la première critique que je fais à ce nouveau spectacle : il n'y a pas d'histoire ! Si quelqu'un a compris l'histoire racontée en double voie par le soldat ET par la cloche (oui c'est une cloche de la cathédrale qui parle en voix off...) qu'il m'explique ! C'est parfaitement incompréhensible ! Et rien que ça - ne pas arriver à raconter l'histoire du spectacle - suffit à sa faillite. Il n'en reste, comme je le disais précédemment, qu'une succession de tableaux insipides, sans liens les uns avec les autres.

Et des tableaux dont on se demande où est passé l'Histoire ?

Et qu'est-ce qu'on en a à foutre d'un tableau de 5 minutes ou on voit des jeunes filles danser sur le thème de "la Marne prise dans les glaces" (avec costume a lampe de poche et fausse neige tirée au canon) ? Quel rapport avec l'Histoire ? (et avec l'histoire aussi).

Non seulement l'histoire de Meaux est débitée comme une plaquette de l'office du tourisme (et on se fout de savoir la bio des personnages du monument de Bossuet), et donc réduite à son stricte minimum (et inintéressant au possible). Mais la GRANDE HISTOIRE, qui était relatée par les scènes clef du spectacle depuis 30ans, comme : "la scène des barricades de la commune" sur laquelle se dressait une liberté guidant le peuple seins nus tout droit sortie d'un tableau de Delacroix (à revoir ici > http://www.linternaute.com/video/4467/le-grand-spectacle-historique-de-meaux/), ou la libération de la Ville par les FFL en aout 45 (ou est passée la traction ?), ou les huguenots au bucher... scènes certes triviales (limites grand guignolesques), mais qui faisaient l'essentiel de l'action du spectacles, et bien la Grande Histoire a été complètement ZAPPEE du spectacle, en même temps que TOUTES ces scènes !

Pour un spectacle qui veut montrer (et "dénoncer") la guerre, on ne la voit pas une seule fois. Tout a été passé à la moulinette du politiquement correcte, et il en résulte un spectacle chiant, sans passion et sans saveur.

Spectacle auquel s'ajoute une bonne couche de niaiserie façon comédie musicale à la Disney ! Adieu les morceaux de musique classique qui illustraient brillamment les spectacles d'avant. Bonjour à une bande son molle et irritante, et souvent sans rapport avec le tableau qu'elle accompagne. Et dans laquelle le metteur en scène a réussi à placer 2 ou 3 morceaux "chantés" inaudibles et tombant comme un cheveu sur la soupe (et les "affamés" qui chantent leur désespoir en versant dans le pathos dégoulinant j'ai trouvé ça particulièrement ridicule). Mais qu'est-ce qu'une comédie musicale vient foutre dans un spectacle historique ? On adapte "un long dimanche de fiançailles" en comédie musicale ? On raconte une histoire entre deux jeunes gens séparés par la guerre à la Demy, à grand renfort de scènes chorégraphiées ? Chiche ! Mais là c'est raté ! 

La musique compte beaucoup dans un spectacle, et quand c'est raté, le résultat ne peut être que mauvais.

La danse qui a pris beaucoup plus d'importance dans cette version n'est pas à remettre en cause. Les chorégraphies sont plutôt sympathiques. Mais trop envahissantes, et on a au moins 3 grandes séquences dansées qui n'ont rien à voir avec un "spectacle historique".

Comme cette séquence en mapping 3D (projections vidéos sur bâtiment, très à la mode depuis quelques temps, et qui est notamment la techniques utilisée pour le spectacle de nuit "Dreams" de Disney), racontant le rêve de Gérard de Nerval et tiré du texte "les nuits d'octobres". Une séquence qui n'a là non plus rien à voir avec le reste de l'histoire. Complètement anecdotique. Mais qui est plutôt réussie et qui est ce qui m'a le plus plu dans ce spectacle. Et qui me fait penser que ce petit morceau de spectacle (dans le spectacle) pourrait largement se suffire à lui même et donner lieu à des représentations d'une 30aines de minutes (et gratuites), en parallèle d'un éclairage en son et lumière de la cathédrale. Et là aussi, quand on voit ce que peut proposer le Spectacle Historique comme éclairage de la cathédrale... on se demande pourquoi il n'y a toujours pas de vrai projet d'éclairage de la cathédrale. La technique est là ! On attend quoi ?

A côté de ça il y a une autre séquence de mapping 3D au début du spectacle ou j'ai cru qu'on allait voir apparaître la fée clochette... une séquence sans intérêt.

Enfin, il me semble me souvenir que les voix qui racontaient le spectacle (Jean Claude Brialy, Jean Claude Drouot, Charles Beauchart ? je ne suis plus très sur...) jouaient beaucoup dans la perception qu'on avait du spectacle : voix graves, posées, interprétées... et que là entre la voix de la cloche et le jeu d'acteur de celui qui fait le soldat... on passe à côté. C'est pas très joyeux quoi Sad

Pour finir mention spéciale au seul moment comique du spectacle : quand le marquis de La Fayette se présente et que c'est la voix de Jean François Copé que l'on entend... MDR.

----------

Donc voila. Je suis à la fois extrêmement déçu et peiné de voir ce qu'est devenu le Spectacle Historique. 

Au vu des réactions des spectateurs des rangs autour de moi, et des personnes qui m'accompagnaient, la déception est partagée.

Je tire donc ici avec cet article une sonnette d'alarme à l'adresse de la Ville : ATTENTION DANGER POUR LE SPECTACLE HISTORIQUE ICEBERG DROIT DEVANT !

Le Spectacle Historique a besoin d'évoluer. On peut le faire changer, le transformer, en le gardant dans sa forme ou pas. Mais on ne peut pas laisser jouer un spectacle aussi mauvais après 30ans d'une aventure humaine de qualité.


Dernière édition par Fabien B. le Mer 10 Juil 2013, 09:26, édité 1 fois

.......................................................
QUI NE DIT MEAUX CONSENT...
http://www.meauxleforum.fr
Partager cet article sur :Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Commentaires

Une grande déception, à lire votre article - pour la nouvelle impulsion que devait donner ce spectacle au rayonnement de la ville. Toutefois, j'y ai un peu perdu votre latin, et je pense ne pas être le seul - un correcteur d'orthographe vous aiderait et nous ferait du bien, donnant plus de force à votre critique. Laughing
avatar
Oh j'ai fait quelques petites fautes d'orthographes ? Mais quelle horreur... alors ce que j'ai écrit n'a vraiment aucun fondement ni aucune valeur c'est sur. J'ai honte, je vais aller me cacher ! Embarassed

Non sérieusement, c'est tout ce que vous avez trouvé pour dénigrer ma critique ? Ça c'est de l'argumentation mmick ! "Qui se sent morveux se mouche", comme on dit...

Pour votre information, je serais tout à fait fondé à supprimer un tel commentaire. Mais là je préfère le laisser... c'est teeeeeeeellement plus intéressant de lire des interventions de qualité comme la votre. Merci encore de votre participation ! Cool


PS : Vous n'avez pas tort sur un point, je cherche une personne bénévole pour être relecteur-correcteur du forum... vous vous proposez ?

Dernière édition par Fabien B. le Ven 12 Juil 2013, 23:31, édité 1 fois
Sans intérêt

Dernière édition par Freyolaf le Lun 15 Juil 2013, 08:11, édité 2 fois
avatar
le Ven 12 Juil 2013, 20:46benjamin
Réputation du message : 100% (1 vote)
Cher Freyolaf,

quand on donne des leçons concernant l'orthographe et la syntaxe, on s'abstient de confondre le futur simple de l'indicatif et le présent du conditionnel, comme vous l'avez fait (parce que cette confusion est inacceptable dès lors qu'on se pose en correcteur).

Quant au spectacle, je ne l'ai pas vu ; je m'abstiendrais m'abstiendrai de tout commentaire.

Ensuite, je vous suggère infiniment respectueusement de méditer ce vieil adage:

quand on n'a rien à dire, on ferme sa gu...

Espérant vous retrouver sur d'autres fils où vous nourrirez la réflexion de contributions qui porteront sur le fond, je vous dis :

Bon courage. Sans rancune ? (pour reprendre votre expression)

Fabien s'exprime à la fois comme il veut et comme il peut (la dysorthographie n'est pas une tare et quand elle est modérée, elle ne nuit pas à la compréhension).
Et quand on la met en balance avec le temps consacré à la construction et à la tenue de ce forum dont nous profitons tous, on dira qu'il n'y a pas photo.
avatar
@Freyolaf : Mort2LOL ! Laughing 

@Benjamin : Merci de votre intervention ! Elle est parfaitement jouissive. cheers 

Je ne reprocherais pas à nos chers commentateurs ma mauvaise habitude à faire des fautes d'orthographe : oui je sais, j'en fait Embarassed. Et peu importe le nombre de fois où je relis les textes que je publie ici, j'en retrouve toujours : des fautes de frappe, des vraies fautes d'orthographe, de syntaxe, de grammaire, de conjugaison... de mon fait ou induites par un mauvais correcteur orthographique qui ne corrige pas toujours avec intelligence. Enfin je corrige du mieux que je peux et j'espère que les lecteurs du forum ne m'en tiendront pas trop rigueur study. Mais là n'est pas le sujet de cet article je crois ?

Et donc, j'ai bien été tenté de répondre dés la première intervention, comme vous le fîtes Benjamin. Et pour vous citer : « quand on n'a rien à dire, on ferme sa gu**** ! » Parce que c'est bien là le drame : ces personnes qui se sont inscrites ces derniers jours sur le forum, sans doute à cause de cet article (qui a déjà dépassé les 800 lectures en quelques jours ! Quelle popularité ! Shocked ), et qui ont posté pour certaines un petit commentaire, n'ont malheureusement rien à dire ! Attaquer les gens sur des questions d'orthographe, on sait ce que cela veut dire, c'est un leitmotiv bien connu des forums. Enfin, cela signifie quand même au passage, que l'article a du en vexer plus d'un pour le coup (bof, ce ne sera pas la première fois).

Alors voila, ceux-là qui nous gratifient de leur sympathique contribution peuvent toujours nous exprimer par la même occasion leur mépris le plus profond ! Personnellement je n'en n'ai rien à faire. Et ça ne me touche, ni ne me pose aucun problème. Non, ce qui est un problème c'est bien aujourd'hui le Spectacle Historique de Meaux. Et (ils) savent que ce que j'ai écrit à son propos est vrai (à moins que le bouche à oreille ne leur ait pas renvoyé le même genre de message... mais j'en doute). Et donc j'espère que ces gens, si préoccupés aujourd'hui par la qualité de mon écriture, auront bientôt fait de se préoccuper de celle du Spectacle Historique ! Parce que là il y a urgence à s'y intéresser. Une saison du Spectacle Historique dans cette forme... c'est la mort de celui-ci ! Et croyez bien, messieurs les "professeurs de bon français", que ça, ça ne me fait certainement pas plaisir de l'exprimer. Evil or Very Mad
avatar
 Il va falloir que j'y aille pour me forger une opinion... Mais je me souviens du précédent sur lequel il avait été engagé un débat sur ce forum.
Je me souviens que le défunt responsable avait voulu me tacler avec un acide "il n'y a pas trente six histoires" ou peu s'en faut, et que je lui avais répondu que s'il n'y avait qu'une histoire, la manière dont on l'appréhendait, dont on l'interprétait, variait à l'infini selon des critères subjectifs et aussi en avançant dans le temps, car l'étude amène sans cesse de nouveaux éclairages (découvertes de pièces nouvelles, amélioration des méthodes d'interprétation).
Ce Monsieur était sans doute quelque peu sûr de lui et (m'a-t-on dit) très autoritaire mais au moins il conduisait parfaitement le spectacle. J'ai d'ailleurs tendance à penser qu'une machine qui regroupe des dizaines de figurants ne peut fonctionner que s'il y a une autorité qui tienne le tout.
Seulement une représentation historique dont certains tableaux passent au dessus de la compréhension du spectateur... Il y a comme un défaut - mais pour trancher il faut juger par soi même. Ce que je ne tarderai pas à faire.
avatar
N'ayant pas vu le précédent spectacle, je n'ai pas d'élément de comparaison, et je ne peux donc pas dire s'il y a naufrage ou pas, mais ce qui est sur c'est que celui-ci n'a aucun intérêt, si ce n'est nous faire passer 1h30 d'ennui et nous soulager de quelques Euros bien mal dépensés.
On nous dit qu'il s'agit d'un spectacle historique, mais d'Histoire il n'y en a pas.
On ne comprends rien au spectacle, ni pourquoi on nous présente certains personnages, et encore moins pourquoi il y a ce passage comique avec Lafayette/Copé !!! Question 
Je me suis profondément ennuyé, j'ai même eu envie de partir avant la fin.. Il y a d'interminables tableaux où on voit des gens marcher, courir, mais on ne comprends pas ce qui se passe.
On passe de la fuite de Louis XVI aux Prussiens, sans transition, c'est totalement indigeste. Et quel rapport avec Meaux, là non plus je n'ai pas compris..
Tout comme Fabien, je ne critique pas les bénévoles, qui fournissent de leur temps et du travail, mais le jeu n'y est pas. Quand l'écriture du scénario est mauvaise, la pièce est mauvaise..
Moi je m'attendais à voir des scènes jouées, un peu ce que montre la vidéo dans le 1er message, issue du précédent spectacle. Mais là il n'y a absolument rien. Pas d'histoire, pas de scènes jouées, rien.
Je suis extrêmement déçu, par ce non-spectacle, et je n'en ferais pas de la publicité. D'ailleurs je n'en ai que trop parlé, il ne mérite pas toutes ces lignes.
Encore une fois, c'est dommage pour les bénévoles qui ne sont pas en cause, mais on a payé quelqu'un pour pondre ce truc..
On aurait mieux fait peut-être de rien changer, ou alors de laisser faire ceux qui savent faire. Et pourquoi pas les bénévoles eux-mêmes ? Je suis sur qu'il y en a plein qui ont de très bonnes idées.

Il faut vraiment améliorer ce spectacle, le rendre compréhensible, avec une vraie histoire et de vraies scènes de spectacle. On ne peut pas continuer à présenter ce guetteur de lumière. D'ailleurs le titre lui même on ne le comprend pas..
avatar
Quelques euros ? hum hum... 17€ plein tarif la place quand même ! Neutral

-------

Enfin sinon, la lecture d'un article du Parisien, que je viens juste de découvrir mais qui date d'il y a un mois déjà (14 juin 2013 - date de la première), me rassure quand à la critique que j'ai pu émettre sur le Spectacle Historique. A 2 ou 3 différences près (sur la musique ou la projection en mapping 3D) la critique se veut la même... si ce n'est formulée de manière un peu plus diplomatique. Cool


Lever de rideau sur le nouveau spectacle historique de Meaux
par Valentine Rousseau - Publié le 14.06.2013

Première représentation, ce soir, de la nouvelle version du son et lumière de la cité épiscopale qui dure depuis 31 ans. Quelque 450 bénévoles sont mobilisés sur ce spectacle qui mérite encore d’être rodé.

L’alchimie du nouveau spectacle historique de Meaux prendra-t-elle ce soir pour sa première représentation? Samedi dernier, le Guetteur de lumière était présenté à la presse et à quelques spectateurs, à l’occasion de la répétition générale. Il a été mis en scène par Dominique Martens, suite au décès du directeur des affaires culturelles Charles Beauchart.

Dominique Martens a pris la tête de 450 bénévoles. Il a dû composer, lui qui écrit toujours ses textes, avec les plumes d’Anne Marzin, historienne et directrice des médiathèques, et du prêtre James Prieux. Cette générale manquait d’émotion, de scènes de liesses populaires, mais pas de l’implication fidèle et généreuse des bénévoles. Ce nouveau spectacle retrace l’histoire de Meaux, contée à travers la voix d’Augustin, jeune tailleur de pierre de la cité Bossuet, mobilisé en août 1914, et de la voix de la cathédrale. Les retours chronologiques sont ponctués d’anecdotes sur la ville.

Ce qu’on a aimé

Les chevaux sont mis davantage en valeur que les précédents spectacles. Ils ne se cantonnent plus à de la figuration. Le nombre de danseuses a été renforcé, leurs scènes sont réussies, mais trop nombreuses et longues. Le tableau des lavandières, où toutes ces femmes et ces enfants lavent joyeusement le linge, est l’une des plus agréables et réussies. Les costumes et les décors sont toujours aussi beaux. L’évêque Bossuet, incontournable des spectacles historiques depuis 31 ans, est évoqué à travers la statue qui le représente dans la cathédrale. Une belle idée. La Marne, jamais évoquée dans les spectacles précédents, trouve ici un bel hommage. Elle devrait être représentée en bleu, un effet pyrotechnique raté samedi soir. Les femmes lisent de vraies lettres de poilus dans les gradins, au milieu des spectateurs, une intervention sympathique devrait faire naître l’émotion quand les éclairages seront au point. Le spectacle s’est doté d’une musique originale, composée spécialement par un artiste canadien.

Les ratés de la générale

La mise en scène, trop lente, manque d’émotion et surtout de rythme. La scène de sculpture de la statue Bossuet traîne avec l’artiste qui marche de statue et statue. On apprend que Gérard de Nerval a passé une nuit dans « cette bonne ville de Meaux ». On suit son rêve par projection sur la façade du Vieux chapitre. Un poème de Nerval susciterait un brin de lyrisme, alors que ce texte n’a guère d’intérêt. Jeanne, la bien aimée du poilu, se promène le long de la Marne en chantant : « Sur les bords de la Marne a grandi notre amour, sur les bords de la Marne j’espérais ton retour… » Mélodie mièvre. Les tableaux manquent de dynamisme et s’étirent parfois en longueur. Les discours longuets du poilu et de la voix de la cathédrale plombent le rythme. On se perd dans la chronologie et on regrette les dialogues en direct entre des personnages historiques, comme ceux de Bossuet ou de Robespierre.
Ceci est ma dernière intervention.


Dernière édition par Freyolaf le Lun 15 Juil 2013, 08:10, édité 1 fois
avatar
Il aurait mieux valu vous abstenir de toute intervention Freyolaf. Avec la seconde vous n'arrangez pas votre cas Laughing On ne vous regrettera pas. Mais bonne continuation quand même.
avatar
Ah et un autre article discordant... cette fois ci d'un ex-bénévole > https://geekbill.wordpress.com/2013/06/15/spectacle-historique-de-meaux-2013/
avatar
A tout hasard j'ai fait une capture d'écran de la première intervention de freyolaf, "prévoyant le coup" du nettoyage a posteriori du commentaire litigieux par son auteur.
Disponible pour qui le souhaite (quoique ça n'en vaille vraiment pas la peine)
Incroyable ces censeurs au petit pied qui lancent des piques et ne supportent pas, en retour, d'être critiqués! Cela dit, rideau sur une non affaire qui ne doit pas nous tourmenter plus que ça: elle n'en vaut pas la peine.

Je rencontrerai dans la semaine des gens qui ont vu le spectacle et je recueillerai leurs avis. Parce qu'à 17 euros, on réfléchit à deux fois si cela doit être médiocre!


Dernière édition par benjamin le Lun 15 Juil 2013, 11:33, édité 1 fois
avatar
J'ai reçu un message de notre ami Freyolaf hier soir me demandant de supprimer son compte... lol.

Allé, une petite chanson à son attention Very Happy>

avatar
Ah ben en effet Freyolaf a bien mérité cette pensée Very Happy , comme quoi il n'y a que les morveux qui se mouchent...Mais j'y pense, si ça se trouve c'était peut-être l'auteur du désastre !! Ou alors le seul qui a aimé ce truc infâme que certains osent appelé spectacle historique. Parce qu'en lisant les commentaires du Parisien et celui de l'ex bénévole, il n'y as pas de doute possible, on essaie vraiment de nous faire prendre des vessies pour des lanternes.
Et ce que je n'ai pas dit dans mon précédent post, c'est que toutes les personnes qui assistaient à la "chose" (je n'ose parler de représentation...) autour de moi avaient le même avis : on ne comprend rien, c'est long, même les moments de danse, moi je n'ai pas accroché.
Que de gâchis, espérons que l'appel au secours sera entendu et que les moyens nécessaires seront mis en oeuvre pour sauver ce qui peut l'être tant que c'est encore possible...
avatar
Bon, j'ai rencontré trois connaissances qui ont vu le spectacle "nouvelle mouture".

Leur avis "brut de fonderie"...
- On ne comprend rien.
- Cela ne serait pas si grave si on était pris par une certaine esthétique, visuelle et sonore.
- Or les perpétuels changements de rythme et de "genre" de tableau nuisent à l'esthétique.
- On avait l'impression, d'ailleurs, que contrairement à ce qui se faisait avant, les figurants n'y croyaient pas non plus: manque d'allant perceptible.

Conclusion: avant, on avait quelques critiques à faire, normales, mais au final on avait passé une bonne soirée, appris des choses, on s'était distraits.
Là, désarroi, incompréhension, ennui.
avatar
Oui bref, avis partagé par la majorité.

Sincèrement je ne parierais pas que le Spectacle Historique tienne la saison dans cette forme. Ce qui ne veut pas dire qu'il est trop tard pour faire quelque chose. Ou envisager en tout cas déjà son devenir. Et tout arrêter n'est pas la solution.


----------

Voila les pistes que je proposerais. En fonction des choses que l'on peut garder du Spectacle Historique.


1) Le son et Lumière.
Je pense que, comme cela se fait ailleurs, on peut faire dans la cour de l'Evêché un beau "son et lumière". Un spectacle de 30-45 minutes (maximum), qui ne se jouerait pas que l'été, avec plusieurs représentations par soirées, et gratuites. Sur la base uniquement des jeux de lumière, des projections vidéo et mapping 3D, voir des effets spéciaux et pyrotechniques, que l'on voit déjà dans l'actuel spectacle (et ceux qui ont précédé). On peut garder les danses, peut-être quelques "acteurs" animateurs, mais on supprime les gradins. Le public reste debout, mais il peut déambuler et profiter de la totalité de la cité Episcopale (pendant et hors le spectacle !). Ce genre de spectacle peut très bien se passer d'histoire ou de narration, et se contenter d'une posture poétique et esthétique, dans laquelle le "rêve de Gérard de Nerval", ou l'évocation de la Marne, trouveraient par exemple très bien leur place.

2) Refaire un nouveau spectacle historique.
Et c'est là que je me dis que les créateurs n'ont pas eu tout à fait le nez creux (peut-être trop de personnes aux manœuvres, et trop d'idées), en ne proposant pas un spectacle sur le thème de la Grande Guerre (et uniquement la Grande Guerre), alors qu'on s'apprête à en célébrer le centenaire.
De fait, on fait déménager les gradins sur le site du musée de la Grande Guerre. On recentre l'histoire sur celle du soldat qui part à la guerre qui sert de fil conducteur, et on se limite à raconter la période de la première guerre de 14-18, voir les 2 batailles de la Marne (pour reprendre la thématique du musée)... De la matière pour écrire ce spectacle il y en a : les "lettres des poilus" (lues dans les gradins pendant le spectacle historique, malheureusement inaudibles la plus part du temps si vous êtes mal placés), ou même l'initiative qui avait été proposée de raconter le quotidien d'un poilu sur facebook, via la page inventée de Leon Vivien ("vie vient ?")> https://www.facebook.com/leon1914 ... tout ça donne autant de possibilités d'écriture d'un spectacle, avec une chronologie et une cohérence.
Bien entendu, on oubli la comédie musicale (tout le monde n'est pas Jacques Demy...et tout le monde n'aime pas Demy). Et surtout on "montre" la guerre : dans la scène des tranchées au début d' "un long dimanche de fiançaille" de Jean Pierre Genet, on entend les sifflements des obus, les tirs de mitraillettes, les cris des soldats... Elle est émouvante cette scène. C'est ce qu'il faut a un spectacle qui se veut une reconstitution historique. Il n'y a pas un film qui traite de la guerre qui n'ait son lot de larme ou de drame. C'est ce que le public attend aussi d'un spectacle vivant (et de moments d'émotion il n'y en a pas un poil dans l'actuel spectacle historique).
Et si on cherche une esthétique cohérente pour ce spectacle, un oeil avisé comme celui de Tardi, qui me semble a déjà collaboré au musée, ne serait-il pas le bien venu ? Je suis sur qu'il saurait proposer des "tableaux" très graphiques ! Et ce sera sans doute autre chose que du Disney.

3) Et l'histoire et le patrimoine de la ville ?
Et bien il y a d'autres manières de la mettre en scène l'histoire de Meaux. Il y a par exemple toujours moyens de réutiliser les costumes du spectacle historique pour l'organisation ponctuelle de plus petites animations historiques, comme pendant les journées du patrimoine ou la nuit des musées. On peut faire des reconstitutions, jouer dans certaines parties de la ville des "scènes" autour d'une époque (époque napoléonienne place Henri IV par exemple), d'un personnage (Bossuet ou Lefêvre d'Etaple et les guerres de religion au Palais épiscopale), etc.
Et quitte à raconter la ville de manière pédagogique et ludique, pourquoi ne pas l'envisager à travers un vrai projet multimedia ? Ainsi on pourrait en complément des visites guidées, donner la possibilité aux touristes de découvrir l'histoire de Meaux en audio MP3, téléchargeable via le site de l'office du tourisme (comme cela se fait dans les expositions et les musées aujourd'hui... d'ailleurs le musée Bossuet l'avait expérimenté lors d'une précédente exposition de peinture il me semble). Voir en vidéos (pourquoi pas filmer de courtes séquences mettant en scènes les personnages historiques de la ville, ou certains évênements). Et les mettres à disposition sur une borne multimédia, dans une salle du musée Bossuet et/ou au musée de la Grande Guerre, dans les médiathèques ? Ou encore en accès sur internet via smartphone, accessible en scannant des flashcodes sur des panneaux d'information historique disposés à travers la ville ? (Par exemple : un flash code sur un cartel accolé à la statue de Moissan qui renverrait vers sa biographie écrite et racontée en MP3, à des photos, etc)
A ce moment là, raconter la bio des personnages que l'on peut voir dans le spectacle historique actuel, ou de la statue de Bossuet, a du sens. Et on peut même développer sur chacun des sujets. Mais dans un spectacle d'1h30 on se demande ce que cela fait là et on trouve ça chiant.

Enfin si l'Histoire (avec un grand H) est une affaire d'historiens, et qu'il est préférable de laisser raconter les sachants (c'est mon avis), la petite histoire locale (celle de Meaux) est une affaire d'érudits. Et fabriquer le projet dont je viens de parler précédemment pourrait tout à fait se faire sur la base d'une coopération de bénévoles impliqués et intéressés par l'histoire de la ville (ceux là même qui ont sans doute participé au spectacle historique, voir à son écriture). Et même si il faut mettre ça en œuvre avec un savoir faire technique que l'on doit payer (la vidéo, les panneaux, le support internet), on n'est pas dans la proportion d'investissement d'un spectacle sophistiqué, et donc cela ne couterait pas très cher à la Ville. C'est une question de volonté avant tout, plus que de moyens (ça la Ville les a !).
avatar
A titre d'exemple, le son et lumière de Nancy, "les Rendez-vous de la place Stanislas", pourrait tout à fait servir d'exemple pour un son et lumière à Meaux (on trouve même sur la page dont je vous fourni le lien ci-dessous, la bande son du spectacle, illustrant les tableaux en lumière) >

http://www.lorraineaucoeur.com/evt-10359/son-et-lumiere-rendez-vous-place-stanislas/meurthe-et-moselle-nancy/concerts-spectacles-gratuits-ete
avatar
Pour ma part, je me satisferais largement d'un spectacle classique, comme le précédent, avec une succession de tableaux retraçant les grands moments de l'histoire de Meaux pour peu qu'ils fussent compréhensibles.

Il ne faut pas annexer outre mesure la Grande Guerre: la bataille de la Marne s'est déroulée principalement à l'ouest et au nord de Meaux, pas dans la ville! .
Le Musée de la Guerre étant d'intérêt national, on peut fort bien créer là-haut un spectacle vivant annuel distinct.

PS. Mon coté vieux con Smile . Je ne suis pas un fan des machins ou acteurs, figurants et spectateurs sont mêlés...
avatar
benjamin a écrit:
Il ne faut pas annexer outre mesure la Grande Guerre: la bataille de la Marne s'est déroulée principalement à l'ouest et au nord de Meaux, pas dans la ville! .
Le Musée de la Guerre étant d'intérêt national, on peut fort bien créer là-haut un spectacle vivant annuel distinct.

C'est bien ce dont il est question... si on fait un spectacle historique qui prend comme sujet la Grande Guerre, on en exclu toute référence à l'histoire de Meaux. Ou on y fait un clin d'oeil, mais de manière anecdotique (à travers le "héros", ou le narrateur par exemple). C'est un nouveau spectacle que l'on fait, distinc de celui qui existait jusque là. Et pour les références à l'histoire de Meaux, j'ai dit la façon que je pensais dont on pouvait la traiter, autrement. Wink
avatar
 J'ai tiqué juste là-dessus:

Le public reste debout, mais il peut déambuler et profiter de la totalité de la cité Episcopale (pendant et hors le spectacle !)

Je pense que par respect pour les figurants et en plus pour qu'ils puissent "capter l'ambiance", sentir si ça prend, ou pas, il est mieux que les spectateurs soient assis en face et pas déambulant au gré de leurs envies, prêts à applaudir quand ça le mérite, etc.
avatar
Si c'est possible... mais parce que je parle plutôt de ce genre de spectacle pour la cité épiscopale (cour de l'évêché et jardin Bossuet compris) >


(ah bah tiens ! Même Nadine elle fait mieux que Jeff ! 8)On savait qu'elle avait le son, par contre la lumière... Laughing )
avatar
 Je ne dis pas que c'est impossible! Je dis que s'il doit y avoir des acteurs et figurants et pas seulement une féerie lumineuse sur bande sonore, cela doit être déstabilisant pour de voir des spectateurs aller et venir.
avatar
En fait c'est surtout de ne pas poser le spectateur en face d'une scène devant laquelle il est passif. Mais l'inviter à déambuler à l'intérieur d'un spectacle qui va se passer autour de lui. Voir même intervenir dans le spectacle, à l'invitation d'un acteur, ou d'une installation interactive.

C'est du spectacle vivant. C'est le genre de chose très expérimentée sur des animations culturelles parisiennes par exemple (nuits blanches, etc), ou d'autres grandes villes. Et on à même déjà vu ce genre de spectacle à Meaux. Je me souviens notamment d'un en particulier qui s'était joué à l'occasion d'un 11 novembre dans la cour de l'évêché (et aussi à l'occasion de l'inauguration du Musée de la Grande Guerre), par une troupe de théâtre de rue où les acteurs évoluaient sur une machine qui bougeait. Et c'était très bien ! Alors que l'installation est minimaliste (où il n'y a pas 500 figurants).

On n'est pas loin non plus d'une installation muséographique, ou les scénographies des expositions telles qu'elles sont faites aujourd'hui.

Mais il ne faut pas garder en tête le spectacle historique tel qu'il est dans sa forme aujourd'hui (ou dans sa forme passée). Pour moi de toute manière il ne faut pas revenir en arrière, maintenant qu'on a voulu faire un nouveau spectacle, autant aller de l'avant et faire autre chose. Et là d'un spectacle, on peut en créer 3 ou 4, qui sont autre chose (une reconstitution historique sur le thème de la grande guerre, un son et lumière pour la cathédrale, des installations histo-museographiques interactives sur l'histoire de la ville, des animations historiques ponctuelles sous forme de spectacle vivant, etc)
avatar
 '''''''''''''''En fait c'est surtout de ne pas poser le spectateur en face d'une scène devant laquelle il est passif. Mais l'inviter à déambuler à l'intérieur d'un spectacle qui va se passer autour de lui. Voir même intervenir dans le spectacle, à l'invitation d'un acteur, ou d'une installation interactive.

C'est du spectacle vivant. C'est le genre de chose très expérimentée sur des animations culturelles parisiennes par exemple (nuits blanches, etc), ou d'autres grandes villes.''''''''''''''''''

J’avais compris. Mais comme je l'ai signalé plus haut, cela doit être mon côté vieux con, je ne suis pas fan de ce genre de machin. Quand je suis spectateur je ne suis que cela tout comme quand je suis conférencier, il faut me laisser déblatérer et poser les questions après (je n'ai jamais été acteur sauf à 12 ans, dans un théâtre de patronage) Smile
Qu'il soit bien entendu que j'exprime une opinion, et que je ne prétends pas détenir la vérité: je conçois parfaitement que d'autres préfèrent l'interactivité.

Mon classicisme va d'ailleurs plus loin: je n'aime pas non plus les intrusions du genre "musique dans le théâtre" quand l'auteur ne l'a pas prévu. J'ai le souvenir d'une pièce de Molière entrecoupée de morceaux de jazz et alors que j'adore et Molière et le jazz, je suis parti au cours du premier acte...
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum