Partagez
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
avatar
Meldois
Meldois
Masculin Nombre de messages : 2860
Age : 37
Localisation : Meaux
Date d'inscription : 16/09/2008
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.meauxleforum.com
21112012
L'ancien Hôtel particulier du XVIIIeme siècle qui abritait encore une partie de la sous-préfecture est à vendre. Le département actuel propriétaire le cèdera pour une somme d'environ 3M d'€.
Bonne ou mauvaise nouvelle ? Les 2. Tout dépend du futur acquéreur. C'est peut-être l'occasion pour la Ville de rassembler ses services sur un même site. Seulement je ne crois pas que ce soit dans le budget de la Ville (qui aurait pu l'envisager cependant). Plus vraissemblablement le bâtiment classé, sera découpés en appartements (à l'image d el'hôtel de la sirène). On verra bien !

.......................................................
QUI NE DIT MEAUX CONSENT...
http://www.meauxleforum.fr
Partager cet article sur :Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Commentaires

Je te rejoins, ce peut être une bonne ou une mauvaise nouvelle. Mais j'ai bien peur que c'en soit une mauvaise. Il suffit de voir les ratages qui se sont opérés sur des ensembles immobiliers "de prestige" pourtant. Préserver notre patrimoine, le restaurer, le transformer ou en faire quelque chose de bien, ça coûte du fric, et c'est pas trop à la mode d'en dépenser quand on est l'État ou une collectivité. Et quand t'es promoteur, faut que ça t'en coûte le moins possible. Il y a lieu de s'inquiéter !

/mode pessimiste !
avatar
Je me demande a quand remonte l'installation des préfabriqués adossés à l'arrière de l'hôtel de ville ? ... Je ne suis d'ailleurs pas le seul a me poser la question du devenir de l'ancienne souprefecture. Je pense que ça fait un moment que la ville doit avoir cette idée en tête de déménager certains service, ou d'envisager ce genre de possibilité.
Dans un mail dont je viens de prendre connaissance ce soir, même monsieur Moukhine-Fortier s'interroge aussi sur le devenir de ce bâtiment. Je vous fait la copie de son message :

Bonjour,
Qu'en pensent les élus de la C.A.P.M. ? C'est une occasion unique à saisir pour un coût tout à fait raisonnable : 50% CAPM pour la partie bureaux et 50% Ville de Meaux pour l'hôtel particulier.
Le prochain Conseil communautaire aura lieu vendredi 23/11 à 18h30.
Bien amicalement,
André MF


Communiqué de l’Association Meaux Environnement

Quel avenir pour l’ancienne Sous-Préfecture de Meaux ?

Le Conseil Général a mis en vente l’ancienne Sous-Préfecture de Meaux située rue de Martimprey, au cœur du centre historique pour 3.600.000 Euros, un prix totalement surestimé de l’avis de professionnels reconnus.

Cette propriété exceptionnelle de 2500 m2 comprend un ensemble de bureaux vides et un authentique hôtel particulier, avec cour d’honneur pavée, jardin et dépendances : l’hôtel Prévost de Longpérier construit à la fin du XVIIe siècle.

Ce joyau architectural, classé Monument Historique doit absolument rester dans le domaine public afin d’être préservé de l’appétit insatiable de certains promoteurs-bétonneurs peu scrupuleux. Chacun garde en mémoire le massacre du parc centenaire entourant la superbe demeure XVIIIe, aux pieds des remparts, en février 2012.

C’est pourquoi L’A.M.E demande que ce bâtiment emblématique de notre patrimoine commun soit racheté par la Ville de Meaux et/ou la C.A.P.M.

Les bureaux, idéalement situés à quelques mètres de l’Hôtel de Ville, pourraient accueillir le siège de la C.A.P.M. qui, pour l’instant, n’en possède pas... Une situation qui ne facilite pas son fonctionnement et entretient une certaine confusion.

On pourrait également y rassembler certains services municipaux actuellement dispersés aux quatre coins de la ville, réalisant ainsi de substantielles économies pour un meilleur service des usagers.

L’hôtel particulier, pièce maîtresse aura naturellement une vocation culturelle . MEAUX n’est-elle pas classée Ville d’Arts et d’Histoire : un musée d’Histoire Locale, un lieu d’expositions permanentes à disposition des artistes du Pays de Meaux, ou plus ambitieux, un musée MODIGLIANI à MEAUX ?...

Sa femme, Jeanne, qui fut également son principal modèle, était issue d’une vieille famille du pays de Meaux, les HEBUTERNE, qui compte également un peintre renommé, André, dont plusieurs tableaux ornent les murs de l’Hôtel de Ville.

Fait à Meaux, le 19 novembre 2012


André MOUKHINE-FORTIER
Président de l’Association Meaux Environnement
(association Loi 1901 – J.O du 22/09/1993)
ame.meaux@hotmail.fr
avatar
Et pourquoi ne pas l'envisager aussi comme crêche ? Maison de retraite ? Ou même comme surface commerciale ? ... après tout, la ville qui "s'inquiète" (enfin on l'espere) de son commerce de centre ville, pourrait peut-être valoriser ce patrimoine a travers cet usage aussi (si la reconversion est possible...).
Pour mémoire, l'hôtel Macé Montourit, situé rue Saint Rémy, ainsi qu'une partie de l'hôtel marquelet de la noue, ont été transformés en logements sociaux. La Taverne de Maitre Kanter, situé face à la mairie, occupe également un ancien hôtel particulier...

Les possibilités semblent grandes ! La situation du bâtiment, et son intérêt architectural et patrimoniale en font en tout cas un objet d'attention, qui mérite sans doute mieux une simple vente à la découpe, et qui serait fort regrettable. Après reste la question des moyens : Si la collectivité ne peut s'offrir ce bâtiment QUI pourra se porter acquéreur ? (ps : pas moi hélas, pourtant je saurais quoi en faire ^^).

A noter encore que ce bâtiment a également un intérêt urbain non négligeable : la place Moissan, aujourd'hui parking de stationnement automobile lui est directement soumis ! Et l'hôtel particulier possède il me semble un grand jardin, jusqu'à aujourd'hui privé, en plein centre ville !Et ça c'est au moins un patrimoine (végétal) aussi important à considérer, que l'hôtel particulier lui même !
avatar
source > le Parisien.fr

L’hôtel particulier à vendre n’intéresse pas l’agglomération
Par Valentine Rousseau - Publié le 23.11.2012





Meaux, rue martimprey. L’installation des locaux administratifs du Pays de Meaux dans l’ancienne sous-préfecture divise les élus du département. | (dr.)
La communauté d’agglomération du Pays de Meaux fêtera ses 10 ans d’existence au mois de janvier. Elle ne s’offrira pas, pour cet anniversaire, les locaux de son indépendance et restera confinée en mairie de Meaux. Le sujet n’est d’ailleurs pas à l’ordre du jour du conseil ce soir, alors que le conseil général met en vente les locaux de l’ancienne sous-préfecture, rue Martimprey, pour 3,6 M€.
André Moukhine-Fortier, président de l’association Meaux environnement, a écrit aux 18 communes pour proposer le rachat de cet ancien hôtel particulier du XVIIe siècle afin d’y installer les locaux administratifs du Pays de Meaux.

Des dépenses superflues selon Jean-François Copé

« Conserver son siège en mairie de Meaux ne facilite pas son fonctionnement et entretient une certaine confusion, estime-t-il. On pourrait également y rassembler certains services municipaux actuellement dispersés aux quatre coins de la ville. C’est une occasion unique à saisir, en plein cœur historique. » Mais Jean-François Copé, président de l’agglomération, s’est toujours prononcé contre ce qu’il juge « des dépenses superflues ». « Nous privilégions les investissements publics qui améliorent la vie quotidienne des habitants du territoire », poursuit-il. Pas vraiment le cas du musée de la Grande Guerre, qui coûte 1 M€ par an en fonctionnement. Il attire certes des touristes, mais ne change pas le quotidien des habitants. L’ancienne sous-préfecture se répartit entre 1300 m2 de bureaux et un hôtel particulier de 900 m2, avec des dépendances et un jardin arboré. Au cabinet de Jean-François Copé, on estime encore aujourd’hui que « l’acquisition de ces locaux ne répondrait à aucun besoin public ».

Le maire de Villenoy, Roger Paoletti (PS), avait déjà demandé un siège propre au Pays de Meaux : « Nous devons fonctionner en autonomie de la mairie. Comment vérifier que le personnel municipal de Meaux travaille à 80%, 70% ou à mi-temps pour l’agglomération? Sans songer à des abus, il est plus sain et plus transparent que le Pays de Meaux ait son propre personnel. Nous avons bien construit le musée de la Grande Guerre en rachetant une collection privée, nous nous lançons dans un grand pôle culturel dans l’ancienne prison. On ne doit pas rater cette nouvelle opportunité. »

Le maire de Chauconin-Neufmontiers, Michel Bachmann (DVG), pense que le Pays de Meaux « doit étudier cette vente ». « A 1440 €/m2 en plein centre-ville, ce n’est pas très cher », ajoute-t-il. Le maire de Nanteuil, Régis Sarazin (DVD), estime pour sa part qu’il ne faut « pas allonger les prélèvements sur les ménages ». « On fonctionne très bien ainsi pour le moment, ajoute-t-il. Je préférerais que les dossiers des nouvelles piscines, du terrain de rugby ou du giratoire de l’A140 avancent. »

André Moukhine-Fortier, lui, rêvait même d’un musée Modigliani dans cet hôtel du XVIIe siècle. La muse et compagne de ce sculpteur italien, Jeanne Hébuterne, vivait à Varreddes et son frère André Hébuterne était un peintre renommé. Mais l’ambition restera au stade de l’utopie.

----------

Pas de siège pour l’agglomération
Publié le 27.11.2012

Le président du Pays de Meaux, Jean-François Copé, est revenu vendredi soir sur son refus de créer un siège propre à l’agglomération : « J’assume l’arbitrage entre le confort minimum et le coût maximum de l’installation d’un siège. Mes services ne se plaignent pas et je ne suis pas un apôtre de la dépense publique systématique.» Les maires de Villenoy (PS) et Chauconin-Neufmontiers (divers gauche) ont demandé de « saisir l’opportunité » du rachat de l’ancienne sous-préfecture, pour 3,6 M€ (6 M€ avec la remise en état). Olivier Morin, élu UMP de Meaux, aimerait aussi préserver ce patrimoine du XVIIe siècle : « Nous pourrions créer des salles de cérémonie et de réunion dans l’hôtel particulier. »
Dépenses superflues. Ben voyons. Cette histoire me met dans une colère folle. L'envie me prend parfois d'envoyer mon clavier à la figure de nos chers édiles, garants de nos précieux deniers, à défaut de leur balancer la Charte de Venise qui malheureusement, avec ses trois pages ne leur sonnerait pas beaucoup les cloches. Dépenses superflues, mon c*l oui ! Je commence à en avoir assez de cette certaine droite réactionnaire (attention, je les met pas tous dans le même panier, y'a des gens de droite très respectables) propre à agiter tous les fanions de la pensée bête et méchante, à glousser et à qualifier avec mépris de stalinien ou de nord-coréen tout dépense publique qui n'aurait pas comme principal bénéficiaire le secteur privé.

Non, Monsieur Copé, dépenser de l'argent pour faire en sorte que notre patrimoine reste la propriété de tous, ce n'est pas une dépense superflue. Pas plus qu'un musée, ni moins que la restauration de la chapelle de l'ancien hôpital Jean Rose qui n'en finit plus de se dégrader irrémédiablement derrière des filets. On peut se passer d'un festival de musique, d'un marché de noël ou d'une patinoire, un an, deux ans, cinq ans... je ne suis pas sûr de savoir ce qu'on pourra encore faire, une fois que notre patrimoine aura été soldé au privé, s'il n'est tout simplement pas tombé en poussière d'ici là.

La dépense publique superflue. Ouais, c'est ça. Je sais pas vous, mais moi, un monde où il n'y a pas de dépense publique superflue, je trouve que ça fleure bon le gosplan et les pires heures communistes de notre histoire, pas vous ?

Que se vayan todos ! ^^

Désolé, il fallait que ça sorte ^^
avatar
Téel a écrit: On peut se passer d'un festival de musique, d'un marché de noël ou d'une patinoire, un an, deux ans, cinq ans... je ne suis pas sûr de savoir ce qu'on pourra encore faire, une fois que notre patrimoine aura été soldé au privé, s'il n'est tout simplement pas tombé en poussière d'ici là

Formidable argument Téel ! Je n'aurais pas dit mieux Et je plusseois !!!
avatar
Tiens pour en rajouter une couche... Le bâtiment que la Ville a racheté au crdit agricole (une annexe située à l'arrière du bâtiment situé avenue Foch), pour y loger une école primaire et le futur commissariat municipal, aurait couté aux alentours de 5M d'€ (sans le coût des travaux).

Alors serait-ce une hypocrisie, un caprice, ou un mauvais choix de la part de JFC ? (et pas forcément de la CAPM qui me semblerait plus engagée a engager ce genre de frais...) JFC ferait-il un peu ce qu'il veut ?
avatar
Tâchons de savoir raison garder. Ne pas tout mélanger, quelle que soit l'opinion que l'on a sur la gestion de la ville, de la CPAM, du patrimoine, etc.

Déjà, avant d'étendre un patrimoine, il faudrait conserver l'existant. La halle de la ville, par exemple, est dans un état pas possible.

http://www.meauxleforum.fr/t833-coup-de-gueule-a-propos-du-marche#5957

Idem pour pas mal d'écoles, laides à faire peur, ce qui est une incitation à l'échec, à la violence "et toute cette sorte de choses"

Ensuite, on peut se battre pour exiger du département qu'il mette des clauses précises avant cession de la sous préfecture: ce bâtiment peut être conservé en l'état sans pour autant demeurer dans la sphère publique.

Est ce que la CPAM a besoin de locaux pour symboliser son existence? Franchement, je doute. Cette manie pharaonique de certains édiles qui ont des prédilections pour faire des "hôtels de ville, du département, de la communauté, de la Région", que sais je encore, c'est nous qui la payons avec nos impôts comme nous payons les rond-points qui naissent chaque mois en France et dont tous ne sont pas d'une utilité avérée en matière de sécurité routière (c'est souvent là où ils seraient nécessaire qu'on tarde à les implanter)!

Occasion aussi de rappeler le somptueux bâton merdeux que la ville s'est fait refiler avec la donation Brialy, cette très belle propriété de Monthyon qu'elle doit entretenir à ses frais, mais sans pouvoir en faire quoique ce soit qui soit utile vu les conditions de cette donation qu'il fallait refuser!

On ne peut pas comparer le terrain disponible (comme le bâtiment) de la sous préfecture avec celui du Crédit agricole! Voit-on sérieusement de la place pour une école et la police municipale dans la sous préfecture? En outre cette police serait mieux située, plus proche en temps de Beauval, Dunant, Grosse Pierre, etc.
Bref, j'avoue ne pas être convaincu de la nécessité pour la ville de racheter la sous-préfecture. Cela ne fait pas de moi pour autant un copéiste forcené, loin de là^^
avatar
Effectivement la Halle du Marché est dans un état de dégradation qui ne fait que s'agraver. Mais sa réfection est (normalement) budgétée depuis un moment déjà ! Il me semble meme qu'elle fait du "plan Marshall". J'ose donc espérer que son cas sera réglé bientot.

Si j'ai fait la comparaison avec l'immeuble du crédit agricole c'est qu'il me semblait qu'il y avait justement là un rapport à établir dans des choix d'investissement municipaux. Alors évidement on ne va pas reprocher à la ville de réaliser des écoles ou des creche. Meme pas de créer de nouveaux locaux pour sa police municipale. Par contre qu'elle achète un batiment au public (le crédit Agricole), qui n'a aucune valeur patrimoniale (ni historique, ni architecturale... et si il avait s'agit de l'immeuble sur pilotis de l'avenue Foch je n'aurais pas tenu le meme discours), qui va couter cher à la commune parce qu'il vient du privé et qu'elle paye donc plein pot (rien à voir avec les prix pratiqués, presques parfois bradés, par les collectivités quand celles-ci viennent a vendre leur patrimoine, et c'est le cas pour l'ancien hotel particulier-sous préfecture du XVIIeme siècle vendu par le département), et que le batiment qu'elle a acquis, va devoir subir des travaux conséquents, pour etre remis en état déja (parce qu'il n'était plus entretenu), et pour etre aussi adapté aux nouvelles activités qu'il est destiné à accueillir. Bon, mais cela dit, ça ne m'empeche pas d'adhérer au choix que je trouve plutot original qu'a fait la mairie pour la reconversion de ce batiment (et meme sans avoir vu le moindre dessin d'aménagement).

Par contre, et meme si je n'adhère pas comme vous a l'idée d'avoir des lieux de pouvoirs a l'image de la megalomanie de nos élus, le projet de racheter un batiment comme l'ancienne sous préfecture hotel particulier pour y installer des services municipaux, est porteur de bien d'autres enjeux pour qu'il s'agisse de ça. Il y a des besoins aussi, sans doute aussi discutables, mais bien réels qui justifient largement de faire ce genre d'investissements.
J'ai peur de mal m'être exprimé. Ce qui me met en colère, ce ne sont pas tellement les choix de la Mairie, mais plus globalement les idées de cette droite réactionnaire (attention, ils sont malheureusement loin d'être les seuls) pour qui la dépense publique est le mal absolu et la dette publique l'alpha et l'oméga de toute leur politique. Le fait est qu'on baisse les budgets alloués à la culture, chaque année, et la puissance publique n'est plus capable de conserver le patrimoine dont elle est dépositaire et garante de la pérennité pour les générations futures. Faut-il se résoudre à sempiternellement aller faire des courbettes au privé, pour qu'il daigne financer en contrepartie d'allègements fiscaux non négligeables la restauration et l'entretien des monuments ? Et encore, je vous laisse deviner si Vinci va préférer faire restaurer la Grande Galerie de Versailles ou l'Hôtel de la Sous-Préfecture, à grand renfort de publicité, ces gens oubliant souvent la différence entre mécénat et sponsoring.

Je n'ai jamais affirmé que le patrimoine architectural était plus important que d'autres choses, et je ne suis pas pour hiérarchiser l'importance des financements, c'est la porte ouverte à toutes les démagogies possibles : qui oserait affirmer qu'une vieille ruine croulante a plus d'importance que la santé de ses enfants dans une école. Qu'il faille prioriser les financements, ça me paraît normal, la ville ne peut pas tout faire d'un coup. Mais de dire qu'il y'a des dépenses superflues, je trouve ça inacceptable. Il n'y a certainement pas péril en la demeure dans le cas de l'ancienne Sous-Préfecture, mais je trouve ce discours révoltant quand on pense au cas de la chapelle de l'ancien hôpital ou à la halle du marché sur laquelle tu as attiré l'attention Ben. Le patrimoine architectural, c'est un tout cohérent pas un ensemble dont on peut selon l'humeur du moment, ou un critère quelconque y ajouter ou en retrancher des éléments. Enfin, je rappelle que les restauration ne coûtent cher que parce qu'on laisse les bâtiments dans un état d'abandon pendant trop longtemps, un entretien régulier de leur structures permet d'éviter des dégâts irréversibles et des réparations trop importantes : les dépenses superflues ne sont pas toujours celles que l'on croit.

Pour conclure, je sais qu'on parle de deux sujets différents, je ne met pas sur le même plan l’acquisition d'un hôtel particulier et la restauration du patrimoine dont la ville a la charge. Le premier me sert de tremplin pour fustiger une politique plus globale que je trouve extrêmement néfaste. Encore une fois, j'ai tiqué sur l'adjectif "superflu" employé par Copé. Ça dénote un mépris caractéristique du bonhomme, qui n'est pas anodin, tant on sait qu'excellent orateur qu'il est, il ne choisit pas ses mots au hasard !
avatar
"""Ça dénote un mépris caractéristique du bonhomme, qui n'est pas anodin,
tant on sait qu'excellent orateur qu'il est, il ne choisit pas ses mots
au hasard !"""

Là dessus même, ça fait frémir parfois quand il ressasse en permanence qu'on ne va pas refaire la nuit du 4 août: en clair il veut rétablir les privilèges de caste que cette nuit a abolis formellement.

Pour le reste, bien entendu qu'un patrimoine communal doit être entretenu et même développé. Ce que je voulais dire, c'est que la perduration du bâtiment "sous-préfecture" ne passe pas forcément par une acquisition publique dès lors qu'une cession au privé s'accompagne d'un cahier des charges imposant le maintien de l'aspect extérieur.

Quant à l'acquisition de locaux pour la CPAM, je le répète, ça me gêne! Je suis persuadé qu'on peut fort bien s'en passer... mais si cette CPAM, dans son ensemble, le décide démocratiquement (pas l'ukase du maître), pourquoi devrait-elle avoir son siège forcément à Meaux? Pourquoi ne pas rééquilibrer l'agglomération en plaçant le siège ailleurs où en plus foncier comme immobilier coûteraient moins cher?
avatar
Le rachat de la sous-préfecture pour le siege de la CAPM n'est qu'une possibilité parmi d'autres. La question reste ouverte. Et ce n'est peut-être pas la meilleur solution ! Seulement pour le savoir faut-il qu'il y ai discution, avant de fermer toute possibilité en disant : "c'est une dépense inutile". de toute évidence ce bâtiment a un véritable intérêt, et pose un certains nombre de questions. pourquoi les éluder ?

---------

Quant à moi, j'attirais l'attention sur une attitude que je trouve complètement stupide, qui consiste, lorsque 'il s'agit des collectivités, d'acheter au prix fort des biens privés surévalués, et à l'inverse lorsqu'il s'agit de céder son patrimoine (coûteux dans certains cas : des chateaux, des batiments militaires...) de les vendre au rabais quand ils ne sont pas bradés. Que des ventes entre public et privé après se fassent n'est pas un problème en soit. Surtout quand chacun y trouve son compte. Et ça ne me semble pas être le cas ici.
avatar
Le Département aurait voulu vendre l'ancienne sous-préfecture de Meaux à la communauté d'agglomération
source > 77info / Publié le 13 Mars 2013

« L'ancien hôtel particulier du XVIIème siècle rue martinprey est en vente depuis novembre 2012. A défaut d'une proposition de rachat de la Communauté d'Agglomération du Pays de Meaux ou de la municipalité, le Département s'est tourné vers le marché des opérateurs privés. Une solution qu'aurait voulu éviter Michel Bénard, vice-président du Conseil général en charge des bâtiments départementaux. Mais l'élu assure qu'il apportera un soin particulier à l'étude des projets présentés au Département. L'ancienne sous-préfecture de Meaux est toujours en vente, pour un montant de 3 600 000€. »
Communiqué de l’Association Meaux Environnement










Vente de l’ancienne Sous-Préfecture de Meaux : une occasion ratée !






Le Conseil Général a vendu l’ancienne Sous-Préfecture de Meaux, située au cœur du centre historique, au promoteur France Pierre pour 2,4 millions, soit 920 euros le m2... Un prix des plus raisonnable compte tenu de la situation exceptionnelle de ces bâtiments. Pour rappel, le prix de vente était de 3,6 millions !




L’A.M.E regrette que la Ville de Meaux et/ou la C.A.P.M. n’aient pas saisi cette opportunité en rachetant, à un prix tout à fait raisonnable ces bâtiments emblématiques de notre patrimoine.




    Les anciens bureaux, idéalement situés à quelques mètres de l’Hôtel de Ville, auraient pu accueillir le siège de la C.A.P.M. qui, pour l’instant, n’en possède pas...
    Ou bien, certains services municipaux actuellement dispersés aux quatre coins de la ville, réalisant ainsi de substantielles économies pour un meilleur service des usagers.

    L’hôtel particulier Prévost de Longpérier du XVIIe siècle et son parc arboré auraient à l’évidence constitué un merveilleux écrin pour un musée Modigliani-Hébuterne du nom de sa muse, Jeanne, issue d’une vieille famille du Pays de Meaux.

    Dommage.


Fait à Meaux, le 9 juin 2013




André MOUKHINE-FORTIER
Président de l’Association Meaux Environnement
(association Loi 1901 – J.O du 22/09/1993)
ame.meaux@hotmail.fr
avatar
Autant l'idée d'un musée - à un prix raisonnable - est séduisante (rendre un bâtiment public au public - autant un accueil de la CAPM, ou de services municipaux, basta!
Avec la numérisation, la taille des bureaux, en tendance moyenne, doit diminuer, et pour les réunions, la mairie de la principale ville peut fort bien prêter (ou louer) ses locaux.
Marre de ces caciques locaux qui veulent chacun leur local, quand ce n'est pas leur palais pour y régner.  
Les fonctionnaires, c'est fait pour fonctionner, dans la ville ou au contact du public. Pas pour s'auto-fabriquer du travail  (je ne les traite pas de fainéants!) en vase clos. On fait des bureaux, il faut les remplir, et on en arrive à créer du travail inutile.
Sait-on quel est l'heureux acquéreur ?
avatar
FRANCE PIERRE... d'après ce que nous en dit Monsieur Moukhine-Fortier. Wink
Donc un projet de résidentialisation pour cet Hotel Particulier, comme ce fut le cas pour l'hôtel de la Sirène, l'hôtel Macé-Montoury rue saint Rémy (transformé en logement social), ou encore l'ancien hôtel Dieu (lui aussi rue Martympré). Pourquoi pas. Cela dit on aurait pu tirer de ce bâtiment un beau potentiel urbain : en ouvrant ses jardins au public (et ça n'aurait pas été un luxe en plein centre ville), en transformant une partie du bâtiment en café, commerce (celle qui ouvre sur la place Henri Moissan), voir en maison des associations (ça ça manque vraiment à Meaux).

Contrairement à Benjamin je n'aurais pas trouvé que ce fut un luxe que la CAPM rachète la sous-préfecture (surtout au prix ou elle a été vendu, bien au dessous du prix annoncé au départ). Parce que même si l'Hôtel de Ville a des allures de petits palais, les services municipaux sont vraiment à l'étroit dans ses murs, au point que de nombreux services sont éparpillés un peu partout dans la ville (et la Ville aurait pu tirer bénéfice de la revente de ces locaux que les services occupent aujourd'hui en les recentralisant). Et puis c'est bien sur sans compter les préfabriqués qui occupent le parking à l'arrière de l'hôtel de Ville depuis des années qui sont le genre même du temporaire devenu permanent...

Je suis d'accord sur le fait qu'il ne faut pas faire des bureaux pour avoir après à les remplir, mais là on n'est pas (encore) dans cette disposition là. Je suis convaincu qu'il y a un besoin, pour les services municipaux, pour certaines associations culturelles aussi, et que ça n'aurait pas été une dépense somptuaire pour la ville de réinvestir les locaux de l'ancienne sous préfectures (surtout qu'il s'agissait déjà de bâtiments aménagés en bureaux, même si nécessitant rénovation).
avatar
Avec la numérisation, avec le télé travail qui n'est pas suffisamment développé, avec la simplification administrative qui avance à pas de tortue mais qui avance (accélérons-là) etc., je suis convaincu que sans nuire pour une queue de cerise aux services apportés au public, on doit pouvoir, en dix ans, diviser par deux la surface de bureaux - exception étant faire des guichets ou lieux de rencontre de l'usager.
Donc oui on peut sans doute progressivement vendre ou "délouer" des antennes ici ou là, mais pas dans l'objectif de les remplacer par d'autres.


Surtout que la sous préfecture est à côté de l'hôtel de ville, qui est énorme comparé à nombre de bâtisses de ce genre, qui gèrent des communes de cette taille. A la limite ce serait pour des services décentralisés au service du public qui vit loin de la mairie... 

L'idée d'une maison des associations me séduit tout comme me séduisait celle d'un musée. Mais je demeure convaincu qu'il faut dire "zéro bureau administratif de plus" et même fixer une réduction en tant qu'objectif. N'écoutez pas un élu en ce domaine... Il lui en faudra toujours davantage!
avatar
Ah ben pour le coup Benjamin vous donnez raison à JFC Very Happy. Bon JFC qui a aussi fait les choix de faire acheter par la CAPM le château de Brially à Monthyon, fait construire un musée de la Grande Guerre pas inintéressant mais à un certain prix, tout comme un projet de pôle culturel disproportionné et un projet plein de vide pour plus de 30M d'€... Il y avait du potentiel quand même dans cette sous-préfecture (et pour des choses qu'on n'a sans doute pas envisagées) et que la Ville a laissé partir pour un prix qui n'était pas déraisonnable. Personnellement je le ressens vraiment comme une occasion ratée.Neutral
"Occasion ratée"... et pour quel résultat ? Un rapide coup d'oeil au fameux France Pierre, laisse présager du pire. Je ne vais pas jouer les Tartuffes : je ne m'attendais guère à mieux.
avatar
Je me demande si ce n'est pas France Pierre qui avait mené le même genre d'opération sur l'ancien séminaire (Hôtel Dassy), boulevard Jean Rose... et qui avait bétonné le "parc arboré" avec des bâtiments annexes assez laids. Neutral
Jette un oeil à la homepage de leur site, et regarde ce qu'ils construisent dans le domaine du château d'Emerainville. C'est SUPERBE !
avatar
Ah non, au temps pour moi, ce n'était pas FRANCE PIERRE mais CONSTRUCTA... Pour mémoire (espérons que ça serve de piqure de rappel à la Ville et les responsables qui seront chargés de valider le permis de construire) :

source > leparisien.fr

Les ratés de la résidence de prestige
Publié le 10.03.2009

Comment, au coeur du centre-ville historique, a pu germer une telle aberration ar chitecturale ? Face aux remparts, au 23, boulevard Jean-Rose, l'ancien terrain de l'évêché a été tout simplement saccagé. Quatre petits immeubles neufs aux volets de bois ou gris, ont été construits autour de la bâtisse bourgeoise dotée de volets bleus. Le promoteur Constructa a livré 98 appartements entre juillet 2007 et l'automne dernier, pompeusement dénommés Castle Park.

Mais les propriétaires ne goûtent guère à une vie de château.
La semaine dernière, un expert payé par le syndic a relevé les réserves des particuliers. Il revient cette semaine noter les soucis des parties communes, que la copropriété refuse de réceptionner. Pas question d'accepter des halls, des espaces verts et des cheminements dans un tel état.

« La peinture dégouline partout, le rail de ma baie vitrée est défoncé »

Pour Castle Park, le mètre carré a coûté entre 3 000 et 4 500 €. L'un a payé 145 000 € pour un 33 m 2 , un autre 238 000 € un 70 m 2 avec deux places de parking.
Depuis des mois, la colère gronde. Fabrice Guillet a été livré il y a un an de son F 3 :
« La peinture dégouline partout, les plafonniers ne sont pas centrés, le rail de ma baie vitrée est défoncé, mon parquet en chêne rayé, j'ai du carrelage cassé. On nous a fait croire à une résidence de prestige, on se retrouve avec de la m... ! »
C'est vrai qu'à ce prix-là le propriétaire a de quoi voir rouge. Dans la bâtisse bourgeoise principale, les volets tombent de temps à autre, les caves sont humides à 90 %. Dans les allées, les petits luminaires éclairant les chemins sont en plastique, les joints des escaliers sont mal finis. Dans un bâtiment, il manque un sas d'entrée. Les parkings ont été mal conçus. Pour entrer, la voiture doit attendre l'ouverture de la grille, à cheval sur la route. Une manoeuvre dangereuse pour la circulation. Dans un autre bâtiment, c'est en sortant qu'on risque de rayer sa peinture, tant l'accès est étroit.
Marc Troux montrait jeudi à l'expert son mécontentement : « J'ai commandé un volet coulissant, je me retrouve avec un volet dépliant, de qualité très médiocre. Mon robinet est tellement près du passage commun qu'on peut me tirer de l'eau en cas d'absence. » A l'entrée de la résidence, des ouvriers s'activent pour achever la livraison de huit appartements. Des bas de murs d'immeuble sont écaillés, une porte d'accès aux garages, gondolée par l'humidité, a été repeinte au lieu d'être changée. M e Emmanuel Rabier, avocat du syndic, attend la liste des réserves de l'expert pour s'attaquer au dossier. « Nous pouvons obtenir des dommages et intérêts du fait du retard de livraison. Même si le promoteur a logé les personnes à l'hôtel, elles ont subi un préjudice. » Et cerise sur le gâteau, un des bâtiments est rehaussé d'un mètre de plus que prévu et des riverains de Castle Park, gênés par l'ombre de l'immeuble, attaquent aussi en justice.

----------

Et la plaquette vendant le projet est encore visible à cetet adresse > http://www.constructa-vente.com/programme-immobilier/m2/castle-park/
avatar
Comment ruiner un site d'exception... Evil or Very Mad(je parle du Château d'Emerainville)
Tiens d'un coup je crois que France Pierre à du sévir plusieurs fois dans le quartier Luxembourg... vive les bétonneurs !
Enfin pour la sous-préfecture la situation est peut-être différente... je ne suis pas sur qu'ils puissent construire plus que ce qui n'existe déjà (ouf tant mieux ! On l'a échappé belle...)
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum