Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Meldois
Meldois
Masculin Nombre de messages : 2854
Age : 37
Localisation : Meaux
Date d'inscription : 16/09/2008
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.meauxleforum.com

Les Chalandonnettes de Meaux

le Mar 28 Aoû 2012, 14:45
Je reprends cet article du site de La Région (http://www.iledefrance.fr). son intérêt étant de montrer que le logement a donné lieu a d'autres expérimentations dans les années 70 qu'aux barres des ZUP. Nous sommes a l'époque des villes nouvelles. Et la maison individuelle fait un retour en force (mouvement inspiré par les "cités jardins" et les "cités ouvrières" du début du XXème siècle)

----------

Les Chalandonettes de Meaux




À Meaux, les Chalandonnettes sont construites sur le modèle des maisons grecques. Elles n’ont subi aucune modification depuis leur création en 1970. C’est le constat du service Patrimoines en 2009.


Le programme Chalandon
Un concours de maisons individuelles fut lancé le 27 mars 1969 par le ministre de l'équipement et du logement, Albin Chalandon. Il était destiné à promouvoir des opérations d'urbanisme afin de mettre en chantier un minimum de 7500 maisons individuelles sur la période 1970-1972 et de faciliter l'accession à la propriété. Il devait se positionner sinon comme remède du moins comme alternative à la construction de grands ensembles, et "offrir aux Français de choisir et non plus de subir le type de logements auquel ils aspirent précise le règlement du concours de 1969. Ce concours devait également permettre de développer le marché de la maison individuelle pour pouvoir l'industrialiser. Mais le programme de "Chalandonnettes" mit longtemps à aboutir, puisque les 911 logements du programme Chalandon qui seront édifiées à Meaux par le promoteur Société centrale immobilière de la caisse des dépôts, ne seront inaugurés que le 17 juillet 1978, par le ministre lui même.





Les maisons d’inspirations grecques
Situé à la périphérie de Beauval A (Est de la ville de Meaux), la résidence Antibes se compose de lotissement de maisons basses, le plus souvent élevées simplement en rez-de-chaussée s'articulant autour de patios intérieurs, et pour quelques unes dotée d'un étage. Elle se veut une évocation des maisons grecques. Il s'organise autour d'une place centrale – appelée Place de l’Acropole - bordée d'arbres de laquelle partent des allées et des rues au nom grecs.

Les maisons forment des ensembles mitoyens organisés par blocs de 4 à 8 logements. A l'origine les parcelles n'étaient pas clôturées et constituaient un espace commun, les habitations s'ouvrant directement sur rue. Les espaces privés sont rejetés à l'arrière de la maison dans des patios mitoyens. Des garages sont intégrés aux maisons. L'inspiration grecque se traduit par le parti pris architectural (enduits blancs, toits en pente très légère et ouvertures réduites), mais également par les noms donnés aux place, allées et rues (Acropole, Apollon, Artémis, Alexandre le Grand, etc.).

__________

Informations complémentaires
La création, le 11 juin 1954 de la Société centrale immobilière de la caisse des dépôts (SCIC) constitue un des évènements majeurs de l’histoire du logement et de l’architecture des débuts de la croissance. Premier promoteur en France d’opérations de logements de grande envergure, celle-ci met en place une véritable «architecture de maîtrise d’ouvrage» qui se déclinera ensuite, au cours des années 1960, au travers des Zones à urbaniser en priorité (les ZUP). Elle développera un modèle d’habitation à la fois recentrée sur la sphère individuelle et compatible avec une organisation rationnelle du territoire.

.......................................................
QUI NE DIT MEAUX CONSENT...
http://www.meauxleforum.fr
avatar
Meldois
Meldois
Masculin Nombre de messages : 2854
Age : 37
Localisation : Meaux
Date d'inscription : 16/09/2008
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.meauxleforum.com

Re: Les Chalandonnettes de Meaux

le Mar 28 Aoû 2012, 14:59

.......................................................
QUI NE DIT MEAUX CONSENT...
http://www.meauxleforum.fr
avatar
Meldois
Meldois
Masculin Nombre de messages : 1500
Age : 66
Localisation : meaux
Date d'inscription : 17/01/2009
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Les Chalandonnettes de Meaux

le Jeu 30 Aoû 2012, 11:59
En général ce programme a été une catastrophe: cherté du chauffage, infiltrations, matériaux de mauvaises qualités, et cela fut un des scandales de l'ère Pompidou.

Vous avez ce qu'il en fut à Meaux?

PS. Idem pour la "maison à 100.000 euros" de l'UMP, récemment. Il y en eut très peu et en général ce furent des catastrophes.
avatar
Meldois
Meldois
Masculin Nombre de messages : 2854
Age : 37
Localisation : Meaux
Date d'inscription : 16/09/2008
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.meauxleforum.com

Re: Les Chalandonnettes de Meaux

le Jeu 30 Aoû 2012, 14:13
Pour ce qui est du chauffage de ce quartier, j'imagine qu'il bénéficie de la géothermie, comme une bonne partie du quartier de Beauval ?

Pour le reste, comme dit l'article de la Région : elles sont toujours là ! Donc pas si mal construites que ça.

Il serait intéressant d'avoir des détails sur le coût de l'investissement, combien ont-elles été vendues en moyennes ? Si elles se vendent toujours aujourd'hui ? Ou si elles sont en location via Meaux Habitat, etc. (l faudrait regarder dans le dictionnaire topographique des rues de Meaux...)

Et puis bien entendu, rien en vaut le témoignages de ceux qui habitent ou ont habité ces maisons !

En théorie, qu'il s'agisse des chalandonettes ou des maisons a 100000€, il ne s'agit pas de mauvaises idées (encore moins de mauvaises intentions). Mais il faut voir comment sont réalisé ces chantiers. Voir même par qui ! Pour les maisons a 100000€, l'erreur a été d'omettre la question du prix des terrains. Pour la construction en elle même, on sait depuis longtemps construire peu cher, en ayant recours a des techniques ou des matériaux industriels. Les architectes se sont intéressé aussi à la question. Mais la maison individuelle n'est rentable que pour la promotion immobilière qui en détient l'essentiel du marché.

La maison pas chère c'est aussi un peu le même combat que la maison écolo. La ville aurait très bien pu expérimenter les deux (par du logement social, par de l'auto construction, par les démarches individuelles des futurs propriétaires...) quand elle a lancé la viabilisation des Hauts de Chantereine, au nord de la ville, ou sur le quartier Dunant dans le cadre du renouvellement urbain (de fait il a été construit une 10aine de maisons de ville à 100000€ dans ce quartier). Il suffisait qu'elle impose un quotat de construction répondant à ces critères, et de soutenir les démarches via le service urbanisme, ou un bureau d'étude ou de conseils préparé pour. Et la ville aurait déjà pu se doter d'écoquartiers sans avoir eu a débourser grand chose. Mais comme toujours derrière ces chantiers il s'agit d'affaires de gros sous...

.......................................................
QUI NE DIT MEAUX CONSENT...
http://www.meauxleforum.fr
avatar
Meldois
Meldois
Masculin Nombre de messages : 1500
Age : 66
Localisation : meaux
Date d'inscription : 17/01/2009
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Les Chalandonnettes de Meaux

le Jeu 30 Aoû 2012, 15:46
Non mais on marche sur la tête si on considère que des maisons construites il y a moins de cinquante ans, c'est un succès pour le simple fait qu'elles sont toujours là! Smile Une maison, en principe, c'est un patrimoine transmissible et pas un yaourt avec date de péremption.

En outre la géothermie ne dispense pas d'avoir une isolation thermique convenable (surtout qu'en parallèle ça donne une isolation phonique relative). en plus qui dit géothermie dit canalisations or plus les logements sont éloignés plus c'est cher.

Pour ma part, je suis très réservé sur le concept de maison individuelle urbaine: ça bouffe un terrain pas possible, ça nécessite des réseaux (eau, gaz, électricité, téléphone, égouts, voirie etc.) plus coûteux donc ça revient forcément plus cher et au final on a la même promiscuité voire plus que des appartements bien isolés (sauf à avoir des terrains immenses mais là ce n'est plus bon marché). Ajoutez à cela le fait que les maisons individuelles sont - forcément - plus difficiles à protéger des intrusions malveillantes et le panorama est complet.

Ce n'est pas glamour ce que je vais dire, mais ça résulte d'un calcul: environ 18 millions de foyers en France... et un million de plus tous les deux ans environ. Donnez leur à tous un terrain individuel et la voirie qui va avec, et il ne faudra pas longtemps pour que notre pays soit totalement urbanisé avec un paysage mité, l'obligation partout - faute de concentration - de recourir à la voiture, etc. Quid de notre ruralité, de notre agriculture, de nos emplois liés au tourisme et aux loisirs?

Je ne suis pas un intégriste de l'écologie mais je pense que ce paramètre doit être pris en compte. Il faut savoir ce que l'on veut et payer la maison individuelle - qui n'est pas un droit alors que dans le virtuel sinon dans le réel un logement convenable en est un - au juste prix. Maison individuelle "forcément pas chère" donc subventionnée directement ou non (ne serait-ce que par cession de terrain viable à vil prix) je dis NON.
avatar
Meldois
Meldois
Masculin Nombre de messages : 1500
Age : 66
Localisation : meaux
Date d'inscription : 17/01/2009
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Les Chalandonnettes de Meaux

le Jeu 30 Aoû 2012, 15:53
J'ajouterai que l'exemple récent de l'essai de maisons à 100.000 euros a été une catastrophe, neuf fois sur dix.

D'abord parce que souvent elles se sont révélées inhabitables très vite (fissures mettant parfois l'intégrité du bâti en péril), chauffage impossible, fuites dans les toits, etc.

Parce que le terrain était si riquiqui que la promiscuité était pire qu'en appartement.

Parce que ces terrains très excentrés, loin de tout, nécessitaient souvent d'avoir deux voitures, ce qui est très cher.

Ensuite parce que comme partout, avec les frais financiers elle coûtaient en réalité le triple.

Enfin ce paternalisme insupportable très catho tradi imposé par Boutin: "d'abord vous payez trois ans de loyer sans que ça ne réduise le capital dû, pour prouver que vous êtes un bon payeur régulier". Comme s'il n'était pas possible de se faire une idée de la solvabilité des ménages en interrogeant leur historique (le gars qui a vécu quinze ans en HLM et qui a toujours payé rubis sur l'ongle, qui avait un PEL abondé, devait apprécier!)


Dernière édition par benjamin le Sam 01 Sep 2012, 19:27, édité 1 fois
avatar
Meldois
Meldois
Masculin Nombre de messages : 2854
Age : 37
Localisation : Meaux
Date d'inscription : 16/09/2008
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.meauxleforum.com

Re: Les Chalandonnettes de Meaux

le Jeu 30 Aoû 2012, 23:13
Notez que je n'ai pas dit que c'était un succès... D'ailleurs de ces grandes opérations de logement, des zup, des chalandonettes, des villes nouvelles... ou des expérimentations du type Familistère de Gaudin, je n'en connais aucune qui ait été LA réussite attendue.

La seule chose que l'on sait c'est qu'il faut des immeubles ou des habitations collectives comme il faut des maisons individuelles, et sans qu'une forme ne prenne le pas sur l'autre. Il faut un équilibre. La diversité prime.

En France la modernité dans les années 50-60 c'était la barre d'habitation. Et puis la maison individuelle a remplacé la cage a lapin comme nouvel idéal. Ce sont aussi des modèles que l'on nous a "incité" à désirer. La ville automobile est une erreur, mais quand on y regarde de plus près elle génère une grande partie de notre économie et notre consommation (entre la voiture, la maison, les zones commerciales...). Elle est remise en cause plus fortement depuis quelques années parce qu'on en voit et on en sait les limites, les nuisances, les mauvais côtés, mais c'est pas encore demain que l'on renoncera aux zones commerciales et leur corolaire : les zones pavillonnaires.

Et si on construit de la maison individuelle (si il s'en vend, si il s'en achète), alors il faut qu'il y en ai aussi "à 100 000 €".
Et je ne pense pas qu'il faille faire porter les erreurs de conception ou de construction (et je ne sais pas si il faut faire non plus des généralités sur la chose... il faudrait se documenter) uniquement sur leur prix, ou sur la volonté de l'etat à en construire. D'ailleurs la motivation de l'Etat en ce qui concerne les Chalandonnettes est clairement dit dans l'article de la région : "lancer un nouveau marché : la maison individuelle en France". Et depuis les années 1970 ça a plutôt bien fonctionné.

La démarche "maison individuelle" aujourd'hui se fait à travers le prisme des rénovations urbaine. C'est encore autre chose. Mais je trouvais la aussi intéressant de faire le rapprochement entre cette opération de maison dans les années 70 à Meaux, et les transformations et évolutions du quartiers de Beauval.

.......................................................
QUI NE DIT MEAUX CONSENT...
http://www.meauxleforum.fr
avatar
Meldois
Meldois
Masculin Nombre de messages : 1500
Age : 66
Localisation : meaux
Date d'inscription : 17/01/2009
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Les Chalandonnettes de Meaux

le Sam 01 Sep 2012, 19:26
Le familistère de Godin, à Guise, c'est une autre approche, une sorte de phalanstère (sauf que c'est le patron, Mr Godin, qui dirigeait tout: un paternalisme poussé à l'extrême qui lui permettait de garder une main d'oeuvre très hautement qualifiée, mais le corollaire c'est que quand on perdait son job pour "mauvaise conduite", on perdait tout: le logement, la nurserie, les magasins à prix réduits, la retraite pour les vieux travailleurs, l'embauche des enfants, etc.)

Cela dit, les conditions de logements étaient extraordinaires pour l'époque
http://www.familistere.com/


***************************

Pour le reste, les ZUP, je ne fais pas partie de leurs contempteurs. Parce que c'est grâce à la construction massive de ces HLM que petit garçon de dix ans, comme des millions d'autres, j'ai découvert des choses aussi banales que l'eau courante dans le logements, des toilettes à nous, une chambre, un bon chauffage pas trop cher, etc. Mon HLM minable, c'était un palais pour moi! Et pourtant j'avais encore deux parents qu'on pouvait situer dans les classes moyennes "inférieures", mais pas dans les "pauvres"!

A cette époque il a fallu absorber un exode rural massif (12 millions de personnes), les rapatriés d'Algérie (1,4 million), la natalité croissante sans compter l'immigration de travail. Si on voit avec les yeux de 2012, effectivement ce qui fut fait en 1960, bof. mais avec le regard de l'époque... Une fois la population relativement stabilisée, on aurait consacrée ne serait ce que 25% de ce qu'on a dépensé en dix ans, sur trente ans, que ces ZUP ne seraient pas devenues ce qu'elles sont: des ghettos.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum