Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Meldois
Meldois
Masculin Nombre de messages : 2862
Age : 37
Localisation : Meaux
Date d'inscription : 16/09/2008
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.meauxleforum.com

Regard sur les incivilités : partager la rue

le Ven 08 Juil 2011, 22:21
Regard sur les incivilités : partager la rue - Collège Sainte Marie - Meaux - Ac Creteil
source: www.education-securite-routiere.fr (publié le jeudi 7 juillet 2011, par Stéphane Guerault)

----------

Regards croisés sur les incivilités dans le centre-ville meldois

Projet lauréat du concours La Rue on Partage 2011. Porteur du projet : Bertrand MUROL - Enseignant


PDF - 2.4 Mo
Présentation des élèves








----------

I L’origine du projet

1. Le contexte

Meaux est une ville dont le centre est en pleine restructuration (plan Marshall) et au coeur de laquelle se trouvent plusieurs associations et structures telles que l’APF (association des paralysées de France) ou la Croix Rouge qui s’occupent de personnes à mobilité réduite. C’est en participant à une activité du centre de rééducation fonctionnelle de la Croix Rouge, Le Brasset, qu’il y a trois ans, nous avions pu nous rendre compte à quel point certaines rues du centre-ville sont difficiles d’accès voire inaccessibles aux personnes en fauteuil roulant.

2. Une première action sur l’urbanisme

Ce premier constat avait amené le collège Sainte-Marie à proposer à un groupe d’élèves volontaires de réaliser un travail sur la circulation des personnes à mobilité réduite, avec le partenariat du Brasset et de la mairie de Meaux, plus particulièrement les services d’urbanisme et d’action sociale. Ainsi, en novembre 2009, huit élèves de quatrième du collège ont commencé à réfléchir sur les obstacles que les personnes en fauteuil peuvent être amenées à rencontrer ainsi que sur d’éventuelles solutions. Après une première phase de recherches documentaires, les élèves avaient effectué une sortie de quatre heures, appareil photographique à la main, à la recherche de tout ce qui peut entraver la circulation d’un fauteuil roulant. Afin de bien cerner les difficultés que peuvent rencontrer les personnes à mobilité réduite, les élèves avaient pu bénéficier de l’aide technique du Brasset qui leur avait fourni des fauteuils roulants manuels pour effectuer cette sortie.

Lors de la troisième phase de leur projet, les jeunes volontaires avaient créé un diaporama reprenant l’ensemble de leurs observations et qu’ils avaient eu l’occasion de présenter à de nombreux élus et représentant des services techniques de la ville.

3. La naissance du projet

C’est lors de cette première action qu’est née l’idée du projet présenté cette année : au moins la moitié des obstacles rencontrés par les élèves lors de leur sortie n’étaient pas dus aux aménagements ou équipements mais bien aux autres usagers de la rue !

En septembre 2010, le collège a donc proposé à la mairie de Meaux un nouveau partenariat, cette fois pour un travail sur les incivilités entravant la circulation des personnes à mobilité réduite.


----------

II. Le projet

1. Premières intentions

En novembre 2010, en lien avec le service de la direction de l’action sociale de la ville de Meaux et plus particulièrement Mlle Caroline Pierre, chargée de la gestion urbaine de proximité, nous avons décidé de créer une action ayant pour but de permettre à des jeunes de différents quartiers de la ville de confronter leurs visions et leurs vécus des incivilités. Bien que le collège Sainte-Marie, du fait de son partenariat existant avec le Brasset, s’intéresse toujours plus particulièrement à la circulation des personnes en fauteuil, il a été décidé d’élargir la réflexion des jeunes à l’ensemble des incivilités, qu’elles soient flagrantes ou semblent anodines. Afin que ce travail ne soit pas qu’une activité comme une autre proposée à des collégiens, il avait été décidé d’organiser une rencontre entre tous les acteurs du projet à la mairie de Meaux afin de présenter les résultats des travaux des différents groupes aux élus de la ville, ainsi que d’organiser une exposition itinérante afin de sensibiliser les usagers de l’espace public à la double problématique des incivilités et de la circulation des personnes à mobilité réduite.

A l’origine, ce projet présentait donc deux objectifs principaux :
- Permettre à des jeunes d’horizons différents de se rencontrer et de présenter leurs observations aux élus.
- Sensibiliser le public afin que chacun se sente concerné par la lutte contre les incivilités.


2. Le projet aujourd’hui

Début janvier, Mlle Pierre a contacté des collèges de la périphérie de Meaux pour leur proposer de se joindre au collège Sainte-Marie pour mener à bien ce projet. Compte tenu des délais, aucun autre établissement n’a été en mesure de nous rejoindre cette année mais certains ont fait savoir être intéressés par la démarche. Nous avons donc dû repenser le projet sans toutefois le dénaturer.

L’idée d’une exposition itinérante a été maintenue : elle sera constituée des productions des élèves du collège Sainte-Marie. Cette exposition se tiendra vraisemblablement fin octobre, début novembre 2011 dans au moins trois centres socio-culturels de la ville – un dans le centre et deux en périphérie. Deux principaux supports, actuellement en cours de réalisation par les élèves, seront utilisés : des affiches et un prospectus/sondage. Ces deux supports visent un même but : faire comprendre aux visiteurs que les incivilités sont l’affaire de tous et que, si les « grosses incivilités » ne sont dues qu’à une minorité, nous en sommes tout de même tous, à un moment ou à un autre, responsables (un papier par terre, une voiture mal garée parce qu’on en a « que » pour cinq minutes... etc.). L’idée des regards croisés entre des jeunes issus de quartiers différents nous semblait également être un des points forts de ce projet. Bien que cet aspect ne soit pas réalisable au cours de cette année scolaire, nous avons choisi de relancer l’opération à partir de septembre 2011. Ainsi, nous envisageons, lors de l’exposition itinérante, d’organiser une rencontre entre les élèves ayant participé au projet cette année et des élèves d’autres collèges intéressés par cette action. Lors de ce rendez-vous, les jeunes du collège Sainte-Marie pourront présenter leur travail aux autres jeunes et ainsi lancer leurs actions. Il deviendrait alors de envisageable de créer une nouvelle exposition, commune cette fois-ci, ainsi que de présenter les travaux des élèves aux élus de la ville.

3. D’autres actions envisageables

Le décalage dans le travail des élèves du collège Sainte-Marie, qui exposeront leurs créations en novembre, et celui des élèves d’autres collèges, qui entameront leur réflexion en novembre, nous oblige aujourd’hui à réfléchir à ce que pourrait être notre place dans le travail de l’année scolaire 2011-2012.

Deux points importants ressortent des sorties réalisées par les élèves ces deux dernières années : beaucoup d’incivilités sont liées aux automobilistes et – les élèves pourront en témoigner – on ne se rend réellement compte de la difficulté de circuler en fauteuil roulant que lorsqu’on a circulé en fauteuil roulant. Ainsi, nous envisageons deux suites à notre travail en plus de l’organisation de l’exposition itinérante et des échanges entre jeunes :

Proposer un partenariat avec la police municipale ainsi qu’avec la police nationale afin de mener une action de sensibilisation contre les incivilités plus spécifiquement liées aux automobilistes mais aussi, éventuellement, contre les violences routières. Tout le monde ayant en tête d’innombrables exemples de comportements inciviques voire dangereux d’automobilistes ; il y a probablement quelque chose à faire dans ce domaine et une approche par les jeunes, enfants de conducteurs et conducteurs de demain pourrait avoir un impact nouveau et original.

Proposer à la mairie de Meaux d’aller encore plus loin dans la démarche en organisant, pourquoi pas, une ballade en fauteuil, sur un parcours spécialement aménagé dans la ville Cette manifestation serait l’occasion pour le public de se rendre compte des difficultés rencontrés par les personnes en fauteuil roulant, difficultés causées par certains comportements que les élèves ont notés cette année.


---------

III. Les besoins

1. Pour le projet en cours

Nos besoins actuels sont de deux types :

Notre action se veut une action de sensibilisation. Le partenariat avec la mairie de Meaux nous offre l’opportunité d’exposer notre travail dans des centres socio-culturels municipaux et ainsi de toucher une partie de la population, celle fréquentant ces lieux. Notre action, pour être efficace, doit pouvoir être visible par un public le plus large possible car, nous le savons bien, beaucoup de personnes de bonne volonté oublieront vite les efforts que demande le civisme si elles se sentent seules à les faire. Les expositions doivent donc être médiatisées afin d’inciter le plus de personnes possible à les visiter. A défaut, les média permettront au moins à une partie du message de passer.

Notre premier besoin est donc un besoin de visibilité ; c’est d’ailleurs dans cette optique que nous avions présenté notre candidature au concours « La rue, on partage ! ». A noter que le travail des élèves a déjà été cité deux fois dans la presse.

Lors de la création de nos supports de communication, nous nous sommes vite aperçus que ce qui est réalisable au sein même du collège, quoi que très satisfaisant pour les élèves, manquerait probablement de professionnalisme. Il nous est donc apparu nécessaire de faire appel à un imprimeur afin de réaliser des documents de taille et de qualité satisfaisantes. Evidemment, ce choix a un coût, élevé, mais nous voyons cependant deux raisons pour justifier l’investissement.

Premièrement, il nous semble important que les visiteurs de l’exposition n’aient pas l’impression de regarder un travail de collégiens, fait avec du papier à carreaux et des crayons de couleur : nous n’espérons pas une réaction du type « Ils ont bien travaillé ! Regarde comme c’est mignon ! »... Nous souhaitons que par la qualité des supports présentés, ce soit le message qui prime : les visiteurs doivent sortir de cette exposition en ayant pris conscience qu’eux aussi, parfois sans s’en rendre compte, peuvent avoir des comportements inciviques qui de surcroit peuvent entraver la circulation des personnes à mobilité réduite.

Deuxièmement, la qualité des productions doit être synonyme d’investissement important des élèves (ce qui est le cas, tous étant bénévoles sur leur temps de repas !). Nous pensons que de voir des jeunes (13-14 ans) s’investir pour dénoncer des comportements inciviques chez les adultes peut inciter des personnes à prendre conscience de leurs actes davantage que par une communication officielle émanant de l’état. Nous espérons donc que plus la qualité de leur travail sera importante, plus leur investissement semblera important et donc plus leur impact sera fort. Notre deuxième besoin est donc un besoin financier car la réalisation d’affiches et de prospectus de qualité représente un coût élevé : l’impression de deux affiches A1 (594X841) et d’une affiche A0 (841X1189) nous est revenue à 106 € et les élèves travaillent actuellement à la réalisation d’une quinzaine d’affiches. A cela doit s’ajouter l’impression en grand nombre du prospectus créé par les élèves et qui doit être disponible dans les centres socio-culturels lors des expositions.

C’est donc au financement des supports de l’exposition que servirait la dotation du concours « La rue, on partage ! »


2. Pour le futur

L’action qui nous semblerait être la suite logique de celles accomplies les deux années précédentes serait l’organisation d’une balade en fauteuil afin de sensibiliser le public aux difficultés rencontrées par les personnes à mobilité réduite. Nous nous rendons bien compte qu’un tel projet est d’une ampleur bien supérieure à celle des projets réalisés jusqu’à aujourd’hui. Il nous semble donc nécessaire de pouvoir bénéficier du soutien de personnes ayant de l’expérience dans l’organisation d’évènement ainsi que dans les relations avec les institutions publiques (d’autant plus qu’un tel projet aurait un coût pour la mairie de Meaux !)

.......................................................
QUI NE DIT MEAUX CONSENT...
http://www.meauxleforum.fr
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum