Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Meldois
Meldois
Masculin Nombre de messages : 2862
Age : 37
Localisation : Meaux
Date d'inscription : 16/09/2008
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.meauxleforum.com

INVENTAIRE des arbres et plantations de Meaux

le Mar 20 Juil 2010, 17:53
Nous avons vu par différents exemples, à quel point le citadin est attaché aux arbres de sa ville. Mais hélas c'est souvent lorsque celui-ci est menacé ou mal traité que ce sentiment se manifeste.

C'est ce qui m'amène à vous proposer aujourd'hui cette démarche, qui est de faire un inventaire des arbres et des plantations d'arbres de Meaux; remarquables ou non, plantations anciennes et nouvelles, dans tous les quartiers...

Le but étant d'abord de montrer, simplement, ce patrimoine végétal de Meaux. Et on pourra identifier les différentes espèces et essences d'arbres de la ville (taille, age, utilité, agrément...). Pour ensuite sensibiliser le plus grand nombre a cet élément important de notre environnement urbain, auquel on ne porte pas une grande considération d'ordinaire, et à tort. Noyé dans le décor de la ville un arbre n'est pas qu'un élément de décor. Pas non plus un mobilier urbain ordinaire. C'est du vivant. Et qui par conséquent doit être traité et compris (un arbre ça vit et ça meurt) comme tel.

La finalité de cette démarche étant d'amener un peu de compréhension et de science sur ces arbres qui nous entourent. Et voir comment ils interagissent avec l'espace urbain. Comment il participent de l'identité d'un lieu.

Ce travail à pour propos également de porter un regard différent sur les projets urbains qui se font à Meaux, et la façon dont le végétal est intégré à ces projets.

(à suivre)

.......................................................
QUI NE DIT MEAUX CONSENT...
http://www.meauxleforum.fr
avatar
Meldois
Meldois
Masculin Nombre de messages : 2862
Age : 37
Localisation : Meaux
Date d'inscription : 16/09/2008
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.meauxleforum.com

Re: INVENTAIRE des arbres et plantations de Meaux

le Mar 20 Juil 2010, 18:26
DES ARBRES DANS LA VILLE, l'urbanisme végétal (par Caroline Mollie)



J'avais déjà noté la référence de cet ouvrage sur Meaux ! le forum.fr. Je la redonne ici, parce que cet ouvrage est vraiment LA référence sur cette question du végétal en ville, du végétal ET la ville... Et c'est une excellente base pour aborder ce petit travail d'inventaire. Un ouvrage sensible et pas écrasé par la technique, pas du tout rébarbatif et que je vous conseille donc vivement.


-------------

Le résumé de l'ouvrage :

Titre : DES ARBRES DANS LA VILLE - L'urbanisme végétal
Auteur : Caroline MOLLIE
Préface : Pierre LIEUTAGHI
Collection : Nature
Éditeur : ACTES SUD en coédition avec CITÉ VERTE
Parution : Novembre 2009
Format : 210 X 240 mm
Pagination : 260 pages
Prix public : 39,00 euros TTC


Présentation

Faut-il des arbres dans la ville ? La question se pose au regard des pratiques actuelles de plantations urbaines. La situation, en effet, est préoccupante et il n'est pas certain que nous soyons en mesure de renouveler, à l'égard des générations futures, le patrimoine que nous ont légué nos ancêtres. Oui, il faut planter la ville, répond l'auteur, mais pas n'importe comment. Les végétaux ne sont pas des objets de décor, mais des êtres vivants. Il convient donc de respecter leurs besoins et de les planter dans les conditions qui leur assureront un bel avenir.

Avec près de trois cents photographies, documents anciens, coupes et plans, Des arbres dans la ville invite à une promenade commentée à travers une centaine de villes et bourgs de France. Il mêle les mots de l'émotion et de l'émerveillement aux explications botaniques et aux analyses paysagères pour raconter l'histoire du végétal urbain. Il propose des clefs de compréhension visant à développer des pratiques respectueuses du végétal.

CITÉ VERTE, qui coédite cet ouvrage, est un label qui regroupe les professionnels du jardin et du paysage dans une démarche citoyenne et européenne. Il vise à améliorer l'environnement et la qualité de vie en ville en sensibilisant citoyens et décideurs à l'importance environnementale, économique et sociale de la végétation urbaine. Il est porté en France par Val'bor, l'interprofession nationale de la filière horticole et du paysage.

À propos de l'auteur

Caroline MOLLIE est architecte paysagiste. De 1982 à 1992, elle a conduit, au ministère de l'Environnement, un programme de protection et de réhabilitation de l'arbre d'ornement. Membre d'honneur de la Fédération française du paysage, elle est une personnalité de référence dans le domaine du paysage et de l'arbre dans la ville.


-------------

Extraits de l'ouvrage
(source : toutpourlesfemmes.com)

ACTES SUD ET CITE VERTE : LES ARBRES DANS LA VILLE
par Elsa Menanteau (dimanche 8 novembre 2009)

"Des arbres dans la ville, l’urbanisme végétal" co-édité par Actes Sud et la Cité verte est d’abord un beau livre. Quelque 300 photos, des documents anciens, des dessins illustrent un propos clair, étayé, jamais enfermé dans les mots des spécialistes, et d’où transparait l’amour de l’auteure pour les arbres. Ce livre aussi donne envie aux amateurs de se promener, mais avec un autre regard sur leur environnement. Par ses explications lumineuses, Caroline Mollie offre des clés pour mieux comprendre, mieux apprécier les beautés qui nous sont données à voir...ou les erreurs. Voici quelques extraits de l’ouvrage.


Paris, Alésia


Hommage aux belles frondaisons,
Paris Alésia, 2008 - Crédit : Vincent Rieusset


« Les arbres sont les meilleurs alliés de l’urbanisme végétal. Par leurs volumes ils sont à même de créer des rapports d’équivalence avec les masses bâties. Ici, la floraison estivale des sophoras confère aux frondaisons légères de cette espèce un aspect vaporeux, presque éthéré, qu’accompagne une douce fragrance ».


Lyon, les quais du Rhône


Des arbres pour l’avenir,
Lyon Quais du Rhône 2008


« La fraîcheur et la vitalité de ces jeunes plantations sont assez exceptionnelles dans les villes françaises. Ici, un alignement de sophoras plantés en 2006-2007 qui s’inscrit dans le contexte général de requalifications des berges du Rhône et de renouvellement par tranches successives des alignements de platanes en quais hauts »


Santa Barbara, State Street, Californie


La rue Jardinée,
State Street, Santa Barbara, Californie, Etats-unis - Crédit :
Christine Péna


Santa Barbara jouit d’un climat atlantique exceptionellement doux et humide favorisant le développement d’une végétation luxuriante. Les plantations de State Streeet, l’artère centrale de cette ville touristique en sont une vitrine.


Villes Ain


Désastre
Villes, Ain - Crédit : Caroline Mollie


« Ce récent aménagement laisse pantois... Les platanes potentiellement destinés à créer un porche végétal majestueux sont étêtés. Le seuil est néanmoins marqué par deux junipérus en pot ! »


Lille, hôpital Huriez



Recouvrement
Lille, Hôpital Huriez, 1992 et 2006 - Crédit :: François-Xavier Mousquet


« L’escalier de cet hôpital a été végétalisé pour constituer un jardin vertical que les patients peuvent contempler depuisleur chambre.... Le choix des plantations a permis un échelonnerment des effets(... ). Les annuelles, ipoménées, houblon et capucines ont pris place la première année. La relève a été assurées par des vivaces(...). Aujourd’hui, les glycines de Chine et les clématites de Jackmann plantées au pied de l’escalier se sont développées jusqu’au dernier étage.


-------------

Ci dessous une interview de Caroline Mollie pour le site toutpourlesfemmes.com

TROP D'ARBRES TUENT L'ARBRE
par Elsa Menanteau (dimanche 8 novembre 2009)

Avec "Des arbres dans la Ville" (Editions Actes Sud), Caroline Mollie architecte paysagiste lance un pavé dans la mare. Ou une volée de bois vert plus particulièrement à l’égard des collectivités qui sous pretexte d’écologie ne tiennent pas compte de la vie des arbres. Bref, de la nature. Elle répond aux questions de toutpourlesfemmes.com.



Caroline Mollie - Crédit : Marie Baille

tplf : Vous venez de publier « Des arbres dans la ville ». Nous sommes dans une période où la préoccupation écologique n’a jamais été aussi aigüe. Vous pensez que planter la villeest une réponse ?

Caroline Mollie : Tout le monde aime les arbres, et de plus en plus ! L’arbre, par son volume, sa longévité et la charge affective dont il est doté, représente le témoin, l’emblème de la ville verte. Au point qu’il devient victime de son succès.

Pour la collectivité, planter la ville participe sans conteste à son engagement en faveur des équilibres écologiques de la planète.

Pour répondre à une demande croissante, les collectivités plantent. Mais beaucoup trop, et dans des conditions souvent contestables. La quantité l’emporte sur la qualité, le décor surla présence, la précipitation sur la pérennité.

Pour faire du nombre par exemple, on multiplie les plantations dans des rues étroites ou dans des bacs. Comment espérer de belles frondaisons avec peu de terre et peu de lumière ? Pour faire de l’effet immédiat, on transplante de très gros sujets en négligeant les chocs qu’ils subissent et qui entravent leur croissance pendant une demi-décennie. Le kit végétal est pour moi une imposture à la nature. Il nie le temps du végétal qui inscrit la durée dans la ville.

Le rideau d’arbre devient ainsi rideau de fumée. On ne peut affirmer aujourd’hui que les générations futures bénéficieront d’unpatrimoine arboré de qualité équivalente à celle que nous ont légué nosanciens.



De belles frondaisons - Paris Alésia - Crédit : Vincent Rieusset

tplf : Mais on dit que les arbres permettent de lutter contre la pollution...

Caroline Mollie : C’est exact. L’efficacité des arbres face à la pollution est parfaitement reconnue. Un seul hêtre de 25 mètres de haut et de 15 mètres de couronnepeut fixer le CO2 produit par 800 appartements ! Une surface arborée de100 mètres de large augmente de 50% l’humidité atmosphérique. La quantité de poussières filtrée par les végétaux qui peut atteindre une tonne par hectare planté et par an [1].

C’est dire l’importance de la couronne des arbres. Mais aussi du système racinaire. Souterrain et donc invisible il est trop souvent négligé alors qu’il garantit une belle croissance. Je plaide pour de belles frondaisons et j’affirme qu’un bel arbre parfaitement développé et indemne de tout élagage est préférable à une multitude de petits sujets malingres et vulnérables à la maladie.

tplf : Que doivent donc faire les villes ?

Caroline Mollie : Je propose donc aux villes d’afficher leurs efforts pour des plantations enfaisant état des volumes de frondaisons ou de leur surface projetée au sol plutôt qu’au nombre d’arbres. A la lumière de ce mode d’appréciation, il serait sain d’abattre un arbre sur deux en ville, permettant ainsi aux sélectionnés de développer d’amples couronnes. Adolphe Alphand chargé parNaploléon III de l’embellissement de Paris préconisait déjà cette mesure dans son célèbre ouvrage, Les promenades de Paris...


tplf : Faut-il alors planter des arbres ou ne pas en planter ?

Caroline Mollie : Il faut planter des arbres dans la ville, mais pas n’importe comment ! Nous avons en France une vieille tradition de plantations urbaines qu’il convient de moderniser. Henri IV et François 1er encourageaient la plantation d’allées de promenade et de mails dans toutes les villes de France, Louis XIV a inventé avec Le Nôtre la ville classique basée sur la promenade plantée. Ce modèle s’est développé au XVIIIe siècle dans toutes les grandes villes de France. Il a inspiré outre-Atlantique le plan de Washington. Il a été repris et adapté aux critères de l’époque par Napoléon III.et a connu alors une diffusion internationale.

Aujourd’hui nous sommes en France prisonniers de ce modèle régulier et ordonnancé : alignements d’arbres et excès de densité. Il serait souhaitable de s’inspirer d es pays du Nord de l’Europe qui développent une grande diversité de lieux où l’arbre trouvesa juste place, accompagné de pelouses, d’arbustes et de fleurs. Il convient également d’accepter que certaines villes puissent ne pas être plantées. Les villes italiennes en sont le magistral exemple.

tplf : On parle beaucoup depuis quelques années de mur végétal. Celui du musée du quai Branly a d’une certaine façon été montré comme le précurseur d’un nouveau mode architectural. Revues spécialisées, émissions de TV vont même jusqu’à donner des conseils pour réaliser son propre mur végétal chez soi. Qu’en pensez vous ?

Caroline Mollie : Le botaniste Patrick Blanc, l’initiateur du mur végétal et concepteur de celui du quai Branly a lancé une très belle idée. Mais, comme pour les arbres, un excès d’engouement peut se retourner contre le projet. Je suis assez circonspecte sur la multiplication des murs végétaux qui demandent un entretien important et des connaissances avancées pour biengérer la croissance des plantes entre elles.

La nature nous offre des palettes exceptionnelles de plantes grimpantes, annuelles ou sarmenteuses qui, à moindre frais et avec un minimum d’entretien, peuvent couvrir et animer d’importantes surfaces minérales. Des mélanges de persistantes et de caduques échelonnant les floraisons dans le temps peuvent produire des effets spectaculaires. Pourquoi s’en priver ?

-------------

Et enfin un entretien vidéo, toujours avec l'auteur du livre Caroline Mollie, par thetapress. Ecoutez bien les propos de Caroline Mollie, ils sont TRES intéressants...


.......................................................
QUI NE DIT MEAUX CONSENT...
http://www.meauxleforum.fr
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum