Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Meldois
Meldois
Masculin Nombre de messages : 1500
Age : 66
Localisation : meaux
Date d'inscription : 17/01/2009
Voir le profil de l'utilisateur

Augmentation du nombre d'exclus?

le Dim 20 Sep 2009, 11:18
Je ne sais pas si vous vous êtes fait la même réflexion que moi - qui ne s'appuie sur aucun comptage statistique mais sur une impression globale.

Mais j'ai l'impression que depuis la rentrée de septembre les rues de Meaux recèlent bien davantage d'exclus que l'année passée. Nous avions nos "clodos" plus ou moins connus, qui stationnaient peu ou prou aux mêmes endroits et avaient manifestement l'habitude de la rue (ce qui ne veut pas dire qu'ils y étaient heureux: contrairement à une légende tenace, il n'y a pas de SDF heureux, et la rue est un milieu incroyablement anxiogène, déstructurant et violent)

Mais là j'ai croisé de nouvelles têtes, de gens qui manifestement n'ont pas l'habitude. Regards honteux, vêtements insuffisants pour la météo qui devient plus fraîche (alors que le SDF lambda est en général très couvert, voire trop couvert même en plein été)

Quand on ajoute à cela les restos du cœur qui ne peuvent plus suffire à la demande on ne peut qu'espérer que la "reprise" - si reprise il y a - permettra de récupérer au plus vite ces gens, sachant qu'un passage dans la rue, même relativement bref, est hélas synonyme d'exclusion définitive dans la plupart des cas.

La saturation des "pôles emploi" dont la restructuration par fusion des ASSEDIC et ANPE est intervenue de façon parfaitement imbécile** au moment d'une explosion des licenciements y est certainement pour quelque chose. Dans certaines situations, une attente avant de passer d'un statut social à l'autre suffit pour faire tout basculer

Spécialité des administrations, ça. Lancer des réformes à contre temps. On aurait fort bien pu différer cette fusion de quelques mois, plutôt que de la lancer à la veille des vacances et quand le nombre de demandeurs explosait et que des employés partaient en congé!

** Pareil, dans un autre domaine: les fameux passeports numérisés (kafkaïens) dont on parlait depuis des années... pourquoi les mettre en place avant les grandes vacances, et non juste après?


Dernière édition par benjamin le Lun 21 Sep 2009, 10:08, édité 1 fois
avatar
Meldois
Meldois
Masculin Nombre de messages : 2880
Age : 38
Localisation : Meaux
Date d'inscription : 16/09/2008
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.meauxleforum.com

Re: Augmentation du nombre d'exclus?

le Dim 20 Sep 2009, 21:52
J'avoue que je n'ai pas fait attention. Effectivement deux trois tetes pas connues... mais il ne m'a pas semblé qu'il y avait plus de sdf dans meaux ces derniers temps.
-------
Détail sordide : un fait divers disait récement qu'on avait retrouvé un SDF originaire des pays de l'est, et vivant sur Meaux, flottant dans une valise à lagny. Assassiné aapr deux autres hommes vivant dans la rue.
-------
A part ça on vit dans une société qui exclue de plus en plus. Et ça se ressent beaucoup dans le monde du travail. Où on joue plus facilement des rapport de plus en plus personels à l'individu, pour l'austracisé, l'isoler... ceci menant a des suicides dans certaines entreprises. Et se suicider pour (ou à cause de) son travail est terrible !

.......................................................
QUI NE DIT MEAUX CONSENT...
http://www.meauxleforum.fr
avatar
Meldois
Meldois
Masculin Nombre de messages : 1500
Age : 66
Localisation : meaux
Date d'inscription : 17/01/2009
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Augmentation du nombre d'exclus?

le Lun 21 Sep 2009, 10:07
Je ne pense pas qu'il s'agisse de SDF au sens propre (à part quelques uns, mais quelques uns sur 50.000 habitants c'est beaucoup) Ce sont plutôt des gens dans la mouise sans doute à cause d'une perte d'emploi, et de rupture dans les revenus.

Si vous gagniez très peu, vous n'aviez pas d'économies. La perte de salaire n'est alors pas compensée dans les semaines à venir par des allocations chômage (l'administration étant saturée), et c'est le drame quand vous n'avez pas d'amis pour vous "dépanner". J'ai vu à Match un homme encore relativement bien mis acheter deux pains et UNE boîte de sardines, comptant centime par centime pour la payer. Il en manquait une vingtaine, que j'ai complétés. Ces gens là en arrivent à ne plus pouvoir faire de lessive... faute d'acheter de la lessive et parfois d'avoir du courant chez eux. Alors là, c'est la clochardisation totale et pour peu qu'ils soient célibataires, l'expulsion de leur logement est facile.

Sans rajouter une couche sur la crise (ce serait un trop vaste débat), je persiste: compte tenu de l'afflux de nouveaux chômeurs, la réforme ASSEDIC-ANPE qui a été votée (là non plus je ne développe pas son opportunité) pouvait fort bien attendre quelques mois avant d'être mise en œuvre. Avec ses défauts, le système précédent avait au moins l'avantage d'être rodé.

_____________

Pour ce fait divers que vous évoquez, si la victime était SDF, un de ses meurtriers logeait à Beauval et avait été lui même victime de sévices graves, d'actes de barbarie (les présumés coupables sont en prison). Et ce pauvre type retrouvé dans la Marne avait concouru à le tirer des pattes de ses tortionnaires! Plus qu'un drame de la rue, nous avons là un drame de l'alcool et de gens qui manifestement avaient besoin d'un soutien tutélaire plus structuré que celui qu'on leur a fourni (si on leur en a fourni un)

Je pense aussi à cette femme qui vivait pas très loin de chez moi et qui est morte l'année dernière dans le box de garage qu'elle louait, asphyxiée à la suite de l'incendie qu'elle a déclenché accidentellement une nuit de très grand froid.

On a fermé la plupart des "asiles" (avant guerre, ils hébergeaient 200.000 personnes au moins) et par bien des côtés, c'est fort bien. Mais comme on n'a pas remplacé cette structure évidemment obsolète, on a occulté un problème grave. De 40 à 50% des SDF souffrent de troubles mentaux graves - qui sont la raison de leur exclusion sociale ou qu'ils ont acquis dans la rue parce que la violence est déstructurante. Tant qu'on ne prendra pas cette réalité en compte, le problème ne diminuera pas (je n'ose même pas parler de solution)

Lire "les naufragés"; d'Eric Declerck: un psychiatre qui s'est immergé des semaines durant dans la condition de SDF, pour mieux en cerner la problématique.
avatar
Meldois
Meldois
Masculin Nombre de messages : 1500
Age : 66
Localisation : meaux
Date d'inscription : 17/01/2009
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Augmentation du nombre d'exclus?

le Mer 23 Sep 2009, 15:38
Mes informations "subjectives" sont confirmées par le secours populaire 77 qui bat de tristes records dans les aides qu'il est amené à apporter.

Par ailleurs, un article du PL d'il y a quelques jours signalait que les bénévoles du secours catholique "pétaient les plombs" devant les afflux de demandes auxquelles souvent ils ne pouvaient répondre.
avatar
Riverain
Riverain
Nombre de messages : 282
Date d'inscription : 29/12/2008
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Augmentation du nombre d'exclus?

le Mer 23 Sep 2009, 21:09
benjamin a écrit:Par ailleurs, un article du PL d'il y a quelques jours signalait que les bénévoles du secours catholique "pétaient les plombs" devant les afflux de demandes auxquelles souvent ils ne pouvaient répondre.

Alors pourquoi le secours catholique et la croix rouge font les difficiles quand on veut leur donner des vêtements en parfait état, même s'ils ne sont pas neufs ?
avatar
Meldois
Meldois
Masculin Nombre de messages : 1500
Age : 66
Localisation : meaux
Date d'inscription : 17/01/2009
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Augmentation du nombre d'exclus?

le Jeu 24 Sep 2009, 10:48
Thierry, je suis incapable de répondre à votre question précise, mais je sais que les dons refusés par des associations pour des raisons apparemment incompréhensibles en ont parfois, méconnues. Difficultés de stockage, par exemple, si on sait que les vêtements ou objets même utiles ne trouveront pas preneurs dans les jours à venir (exemple, mais j'extrapole; je ne suis pas sûr de moi: un afflux de vêtements d'hiver au mois de mars, quand on vide les placards, qui rempliraient durablement les étagères et ne seraient pas distribués avant octobre. On préfère garder ces étagères pour ce qui va "tourner").

Il ne faut pas oublier non plus que les antennes locales de la plupart de ces associations (je ne parle pas des administrations centrales) sont tenues par des militants bénévoles peu formés, pas forcément au fait de la logistique appliquée qui pose beaucoup plus de problèmes qu'on ne le croit vu de l'extérieur.

Une redistribution de vêtements par exemple, même en parfait état apparent, présuppose une désinfection préalable. Si à ce moment on n'a pas la structure ou les fonds pour la faire, on peut être amené à les refuser. Je passe sur les bonnes âmes charitables (je ne dis pas ça pour vous) qui "offrent" des trucs dont on ne voudrait pas pour faire des serpillères!

__________________

Pour en revenir au sujet, j'ai pu constater par mon expérience vécue ces derniers jours qu'il suffit de peu pour passer d'une situation sociale qui ne donne aucune inquiétude à l'angoisse la plus pénible. Deux "pépins" non pas de revenus mais de trésorerie dus à des aléas véritablement exceptionnels que je n'aurais pas pu imaginer, et je me suis retrouvé dans une mouise pas possible pendant un mois. Et si j'avais été un actif, j'aurais peut être perdu mon emploi à la suite de cela... faute (entre autres) d'avoir les moyens de m'y rendre! D'où entrée dans la spirale de l'exclusion.

Parce que nous avons les gens qui sont installés dans la très grande pauvreté - même parfois en travaillant dur! - et qui "savent" (au prix de souffrances et de stress parmanent, sans compter les sacrifices) la gérer. Et ceux là ont accès, quand véritablement cela devient ingérable, aux structures sociales (surtout pour la santé)

Nous avons les gens aisés, qui ont accumulé un "matelas" qui leur permet de pallier un, deux, voire davantage de pépins consécutifs. Ou qui ont une famille solidaire et qui a les moyens.

Et nous avons "au milieu" la piétaille des gens qui "gagnent trop" pour avoir accès aux structures sociales, mais qui ne sont pas suffisamment dotés pour pallier à une rupture d'emploi, un congé donné par le propriétaire, un accident de travail, etc. Ces derniers sont vulnérables parce qu'ils n'ont pas été préparés à cette descente au purgatoire. Et qu'au vu de leur dernière feuille de paye, aucun service social ne les aidera.

Vous allez travailler tous les jours, vous mangez au boui-boui du coin en payant avec vos tickets restaurants... deux mois plus tard vous devez aller acheter deux baguettes et une boîte de sardines en comptant pièce par pièce. On imagine l'impact sur le mental, la difficulté à remonter la pente? Ce n'est qua quand ils seront bien au fond qu'on se préoccupera d'eux (et encore: modérément), mais pour redresser la situation, alors...
Invité
Invité

Re: Augmentation du nombre d'exclus?

le Mar 15 Déc 2009, 01:09
IL ne me semble plus qu'il y a plus ou moins d'exclus, ceux qui ne sont plus la sont remplacé par d'autres ( je pense au bossu de la gare ça fait un moment que je l'ai pas vue ) non pas plus, peut être même moins ...
Invité
Invité

Re: Augmentation du nombre d'exclus?

le Mar 15 Déc 2009, 01:11
de toute façon Meaux n'est pas une terre d'accueil pour les sdf ( je ne parle pas de la politique locale vis a vis d'eux ) je veux dire a Meaux il n'y a pas tant de friches industrielle que ça, il n'y a pas de métro etc c'est pas le meilleur endroits pour vagabonder surtout l'hiver ...
avatar
Meldois
Meldois
Masculin Nombre de messages : 1500
Age : 66
Localisation : meaux
Date d'inscription : 17/01/2009
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Augmentation du nombre d'exclus?

le Mar 15 Déc 2009, 18:00
rdg77 a écrit:de toute façon Meaux n'est pas une terre d'accueil pour les sdf ( je ne parle pas de la politique locale vis a vis d'eux ) je veux dire a Meaux il n'y a pas tant de friches industrielle que ça, il n'y a pas de métro etc c'est pas le meilleur endroits pour vagabonder surtout l'hiver ...

C'est méconnaître la problématique du SDF, que de croire qu'il déploie une "stratégie" pour mieux vivre, en allant ici ou là, sauf peut être passés les premières semaines dans la rue.

Parce qu'un gros tiers sont des malades mentaux (c'est pour ça qu'ils sont socialement inadaptés), et un autre tiers le devient très vite, de façon réactionnelle, devant l'incroyable violence à tous les niveaux de la vie dans la rue (cf. "les naufragés", d'Eric Declercq)
avatar
Riverain
Riverain
Masculin Nombre de messages : 174
Age : 33
Localisation : Meaux
Date d'inscription : 01/07/2009
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Augmentation du nombre d'exclus?

le Mar 15 Déc 2009, 21:16
Personnellement pour en revenir au premier post... j'ai déjà vu mes parents faire des courses pour une semaine avec 6€!

J'ai aussi vu mes parents avoir de gros pépins bancaire qui les ont presque amené à devoir être expulsés de chez nous! même avec mon salaire en supplément et une aide de ma part. Certaines fois les temps sont difficiles!

Je ne parle pas du prix de la taxe d'habitation qui grimpent l'Everest qui n'aide pas à le résoudre...

Finalement, qu'il y aie plus d'exclus ne m'étonne pas énormément... et pire çà ne me choque même pas!

Notre monde se dégrade, tous cela me fait penser au "Raisins de la Colère" de Steinbeck... Bah c'est pas pour me rassurer non plus...
Invité
Invité

Re: Augmentation du nombre d'exclus?

le Mar 15 Déc 2009, 22:15
Pour le coup Benjamin je ne suis pas d'accord aves vous, certe on ne pas parler de "stratégie" mais je pensais plutot a l'instinct humain, qui lui ne nous quitte jamais ! Meaux n'offre guère de possibilité de refuge pour le froid, et ça même le plus déséquilibré des sdf le sait. j'en veux pour preuvre le sdf de la gare, le fameux bossu, il était et de loin le plus mal en point des sdf de Meaux et au période les plus froide de l'hiver on pouvais le retrouver a la gare de l'est, certain reste a Meaux je le reconnais mais ce sont la a mon avis, ceux qui on trouvé un éventuel squate ou se refugier, ne nous y trompons pas même le plus fou et le plus égaré des hommes sait quand il faut planquer son cul ou dans le cas qui nous interresse migrer vers un lieu qui offre une plus grande possibilité de refuge ...
avatar
Meldois
Meldois
Masculin Nombre de messages : 1500
Age : 66
Localisation : meaux
Date d'inscription : 17/01/2009
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Augmentation du nombre d'exclus?

le Mar 15 Déc 2009, 23:41
Moi je vous relate l'expérience et le savoir du plus grand spécialiste de la question, qui m'a bien fait évoluer et a tué toutes mes idées reçues.

Il est plus facile d'aller de la gare de Meaux à la gare de l'est (et en plus c'est le même environnement) que de la gare à Beauval...

Cela dit, il y a des exceptions. Des SDF qui, par peur (la rue est d'une violence terrible) campent dans des bois, par exemple
Invité
Invité

Re: Augmentation du nombre d'exclus?

le Mar 15 Déc 2009, 23:45
je me fie plus a mon experience avec les maraudes qu'a un spécialiste, pour des sujet aussi grave j'ai tendance a me méfier des spécialiste ( être spécialiste en pauvreté et en exclusion ? )
avatar
Riverain
Riverain
Masculin Nombre de messages : 174
Age : 33
Localisation : Meaux
Date d'inscription : 01/07/2009
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Augmentation du nombre d'exclus?

le Mar 15 Déc 2009, 23:47
il existe bien des spécialistes de l'histoire de notre univers o_O... un truc hypothétique basé sur des analyses a peu près vérifiés et vérifiables par d'autres spécialistes ^^..

Faut bien des spécialistes de la misère, de l'exclusion social et du malheur de nos concitoyens!
Invité
Invité

Re: Augmentation du nombre d'exclus?

le Mar 15 Déc 2009, 23:55
Oui certe mais comme nos politiques ( au chaud, surpayé bien nourris ) nous parle des problème des citoyens je me méfie d'un spécialiste de la misère la plus profonde qu'il puisse y avoir dans ce pays, apres je ne le connais pas ( et je vais m'enpresser de savoir qui il est ) mais je reste persuader que des gens qui plusieurs années de suite passe leurs nuits auprès de ces gens, les nourrissent, les réchauffent, les écoutent, et bien souvent connaissent leurs histoires et leurs noms sont plus a même de comprendre réellement ces pauvres gens qu'un "spécialiste" je ne dit pas qu'il est ignorant je dit qu'il risque de ne pas vraiment comprendre ...
avatar
Riverain
Riverain
Masculin Nombre de messages : 174
Age : 33
Localisation : Meaux
Date d'inscription : 01/07/2009
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Augmentation du nombre d'exclus?

le Mar 15 Déc 2009, 23:58
il doit faire des synthèse des maux récurrents de la société et étudie les causes racines...

Ils comprends pas ... il réflexionne et se remet en cause je pense...

Bref il est pas très utile puisqu'il fait un constat... peu d'actions... Mais comme le dit notre président " Les acteurs, ils agissent...." et "Les commentateurs ils commentent" un expert il commente et propose un peu de solution... mais çà va jamais bien loin...
avatar
Meldois
Meldois
Masculin Nombre de messages : 1500
Age : 66
Localisation : meaux
Date d'inscription : 17/01/2009
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Augmentation du nombre d'exclus?

le Mer 16 Déc 2009, 17:10
Declercq, médecin psychiatre à même de formuler les diagnostics liés aux handicaps mentaux anté "état SDF" ou post "état SDF" s'est immergé des mois dans leur condition, vivant dans la rue en hiver, fréquentant les asiles de nuit, sans aucun "filet" protecteur, pour voir au concret ce qu'ils vivaient en le subissant par lui même.

Et son livre n'est pas qu'une "réflexion", c'est aussi un récapitulatif de toutes les aberrations profondes de la politique vis à vis des exclus, tant au niveau de la "philosophie" que des moyens employés - qui devraient être différents, mais pas forcément plus dispendieux.

Justement, il a mis des mots sur ce que je pressentais sans savoir le dire - à savoir l'état d'esprit de bien des "maraudeurs" qui cherchent souvent, et surtout, à laver leur mauvaise conscience (à tort ou à raison) dans leur recherche de "tâches gratifiantes": certes ils sont indispensables mais souvent à côté de la plaque - sauf quand ils ont été professionnalisés

Il est patent, par exemple, que ça se bouscule aux restos du coeur ou au SP, pour distribuer les parts. Beaucoup moins pour mettre les stocks sur les rayons, les inventorier, passer le balai: c'est tout aussi utile voire davantage, mais on n'a pas le "merci" vu qu'on n'est pas en contact avec le public. Bref, ce n'est pas gratifiant.

Et je ne parle pas des stupéfactions quand la nouvelle bénévole se voit sortir un: "ta gueule grosse truie" de la part d'un SDF aviné, ou un bon gros délire métaphysique de la part d'un schizophrène non stabilisé

Il leur faut souvent des bons pauvres bien reconnaissants, et c'est rare qu'on le soit quand on souffre dans sa chair et dans sa tête 24h/24 (et pas que l'hiver quand il fait froid). On ne manque jamais de bonnes volontés pour s'inscrire, dans ces machins. Le problème, c'est que 90% des volontaires désertent plus ou moins honteusement très peu de temps après leur arrivée.

Loin de moi l'idée de rejeter le point de vue des "petites mains" de la maraude et en général du secours aux exclus. Quand ce point de vue est étayé par une formation théorique et pratique, et pas seulement par des bons sentiments.

Et pas de basisme! Les infirmiers sont évidemment indispensables au système de santé... mais ce ne sont pas eux qui font de la recherche médicale de haut niveau, ni qui découvrent les remèdes innovants. idem pour les questions sociales ou la complémentarité est une évidence.
Invité
Invité

Re: Augmentation du nombre d'exclus?

le Sam 26 Déc 2009, 17:43
la comparaison avec les infirmiers et les chercheurs est interresante, le chercheur connait certe la maladie a fond, dans ses moindres détails, intimement dirais je ... mais que sait t'il du patient ? que sait t'il de ses craintes, de ses envies, le chercheur saura quelle formule bousille tel microbe, mais saura t'il dire au patient ce qu'il l'attend, a la famille ce qui est arrivé ? trois mois d'immertion totale dite vous ? A t'il chercher a comprendre ces gens, leurs maux, ou juste a validé ses théories et ses connaisances aquise par la lecture de livre au coin du feu tel le chercheur enfermé dans son labo qui a fait 3 mois de formation sur le terrain pour validé son diplome ?
avatar
Meldois
Meldois
Masculin Nombre de messages : 1500
Age : 66
Localisation : meaux
Date d'inscription : 17/01/2009
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Augmentation du nombre d'exclus?

le Sam 26 Déc 2009, 19:03
Je ne peux que vous conseiller de lire son ouvrage et de vous faire votre opinion...

mais je pense que quand on dort la nuit en plein hiver, qu'on accepte de passer des nuits à l'hospice de nanterre (le pire), de choper de la vermine, de retracer ddes vies jusqu'à la sépulture qui, elle même, est kafkaienne, on fait plus que "valider des théories in vitro"

Théories d'ailleurs qui ont été sensiblement modifiées par son auteur au gré de ses expériences
avatar
Meldois
Meldois
Masculin Nombre de messages : 2880
Age : 38
Localisation : Meaux
Date d'inscription : 16/09/2008
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.meauxleforum.com

Re: Augmentation du nombre d'exclus?

le Sam 26 Déc 2009, 22:04

.......................................................
QUI NE DIT MEAUX CONSENT...
http://www.meauxleforum.fr
avatar
Meldois
Meldois
Masculin Nombre de messages : 1500
Age : 66
Localisation : meaux
Date d'inscription : 17/01/2009
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Augmentation du nombre d'exclus?

le Sam 26 Déc 2009, 22:17
Je dois dire que cette analyse de lecture est absolument magistrale!

Cela m'évitera d'en refaire une, qui m'aurait demander plein de boulot et aurait été infiniment plus médiocre.

Il manque une dimension: la "valorisation" que bien des "sauveteurs bénévoles" recherchent inconsciemment dans leur acte de "solidarité"

Qui a fait dire à l'auteur que parfois il se demandait qui avait le plus besoin de soins, du naufragé ou du bénévole (dans des situations extrêmes, évidemment)
avatar
Meldois
Meldois
Masculin Nombre de messages : 1500
Age : 66
Localisation : meaux
Date d'inscription : 17/01/2009
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Augmentation du nombre d'exclus?

le Sam 26 Déc 2009, 22:42
Tout au long de ses recherches, Patrick Declerck n'a jamais rencontré de clochards qui se soient réinsérés durablement. Cet ancrage dans l'indigence tient, pour une large part, à l'"absurdité" de l'action médico-sociale. Les grands exclus, insiste l'auteur des Naufragés, sont condamnés à une errance permanente : ils ne peuvent rester que quelques nuits dans les structures d'accueil d'urgence ou un an maximum dans les centres d'hébergement et de réinsertion sociale (CHRS).
En outre, leurs problèmes psychologiques ne sont jamais pris en compte, alors même qu'ils sont à l'origine "de nombreux échecs de programmes d'insertion".
Pour guérir ou, à tout le moins, se mettre à l'abri, les clochards devraient bénéficier d'un accompagnement au long cours dans des structures spécifiques ; au lieu de quoi, on leur prodigue une "charité hystérique", fragmentée, caractérisée par "l'amateurisme" et la volonté illusoire d'un retour à l'emploi. Il y a là une forme de "sadisme" — inconscient — que les institutions, la société même, leur infligent car ils sont en dehors de la norme. Dans ce schéma, la "collusion" entre associations et pouvoirs publics est totale : ils agissent "sans contrôle de qualité, sans capitalisation des savoirs et sans pensée stratégique", affirme Patrick Declerck dans un entretien accordé aux Actualités sociales hebdomadaires (ASH) du 28 décembre 2001.


D'une manière générale, ses analyses sur la marginalité des clochards et leur "exil intérieur" ne sont pas contestées. "Je ne peux que lui donner raison sur la gravité de la désocialisation de certains personnes, indique Bernard Rodenstein, responsable de l'association Espoir, à Colmar (Haut-Rhin). Il est illusoire de penser qu'elles retourneront sur le marché de l'emploi." "C'est une interpellation pleine de vérité, renchérit Jean-Paul Péneau, directeur général de la Fnars (Fédération
nationale des associations d'accueil et de réinsertion sociale). La réinsertion par le travail ne doit pas être un objectif universel pour tous les publics en difficulté."
De même, le fait que les centres d'hébergement assurent des prises en charge trop courtes et inadaptées est rarement discuté : "Pour les personnes en situation de très grande détresse, nous avons un vrai problème dans la qualité du service rendu", reconnaît un directeur de l'action sanitaire et sociale en Ile-de-France. "Nous n'arrêtons pas de jouer au ping-pong avec elles", admet Bernard Rodenstein, surtout quand leurs troubles du comportement sont aigus. Les cas difficiles, "personne n'en veut", tranche Alain Denetre, qui a commandé la brigade d'assistance aux
personnes sans abri (Bapsa) à Paris de 1994 à la fin 2001. La "collaboration entre services psychiatriques et travailleurs sociaux" se révèle souvent déficiente, ajoute Jean-Paul Péneau.

(extrait d'un atricle du Monde qui évoque ce sujet)
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum