PORTAILAccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
 

 L'imaginaire et la ville.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageAuteur
MessageSujet: L''imaginaire et la ville.   Mer 20 Mai 2009, 16:57

Reprise d'un texte paru dans l'édition du Monde du 09.05.09. Je vous le copie pas a cause de son sujet directement, qui est le Gran Pari, mais parce que je lui trouve d'intéressant d'aborder la question de l'imaginaire de la ville, et pourquoi il est important d'imaginer et d'imager la ville. C'est un point de vue que je défend depuis le début de Meaux le blog.


Point de vue
Un "machin" en panne d'imaginaire ?, par Thierry Paquot

Avez-vous remarqué, on dit le "Grand Paris" et non pas la "Région parisienne", la "Francilie" ou l'"Ile-de-France", faisant la part belle à la capitale. Ce n'est que justice, direz-vous : n'est-elle pas la première destination touristique au monde ? D'ailleurs, les banlieusards se présentent souvent comme des Parisiens. Alors va pour un Paris plus grand, annexant à l'amiable et selon les points de vue les communes limitrophes, plus celles de la seconde couronne ou encore toutes celles du Bassin parisien.

La taille "idéale" du futur Grand Paris n'est pas encore fixée. Il faudra bien pourtant en préciser les limites, et doter ce nouveau territoire d'institutions pour l'administrer, de représentants élus pour le gouverner. Pour la majorité des citoyens de ce Grand Paris, c'en sera alors terminé de la "démocratie du sommeil". Ils ne voteront pas seulement là où ils dorment, mais là où ils vivent, travaillent, échangent, circulent, apprennent, se distraient, aiment...

A cette question cruciale de la démocratie s'ajoute celle, tout aussi importante et sous-estimée, des représentations générées par le futur Grand Paris. En effet, n'importe quel territoire est une construction culturelle, un acte d'amour entre des humains et un site, c'est-à-dire d'autres êtres vivants (la faune et la flore), des reliefs et des fleuves et rivières, des couleurs et des senteurs, des climats, des saisons et une histoire, et également une pluralité de mémoires individuelles qui s'entremêlent plus qu'elles ne s'additionnent. De ce fatras hétérogène se bricolent des représentations qui confèrent au territoire sa cohérence et aux habitants leur cohésion.

C'est ainsi que Paris, depuis des siècles, est chanté, filmé, romancé, peint, photographié, poétisé, "pochoirisé", que sais-je encore ? Paris déborde d'images et alimente, en permanence, les imaginaires des créateurs comme ceux des passants.


SENTIMENT D'APPARTENANCE

Le sachant ou non, le citadin met ses pas dans ceux de Villon ou de Baudelaire, parcourt les cheminements des héros balzaciens ou arpente les quartiers des Rougon-Macquart, rejoue une scène de Carné ou de Truffaut, murmure une chanson de Ferré, il "fictionne" sa ville qui, à son tour, "artialise" son existence. Paris joue de ses multiples identités et se plaît à être transfiguré et magnifié par la magie attentionnée des artistes, chacun avec son support, ses techniques, son inventivité. Les banlieues, du moins certaines communes, possèdent également des imaginaires, et l'on associe aisément à tel lieu particulier la scène d'un film, le cadre d'un polar ou d'une BD ou le refrain d'un rap.

Une ou deux villes nouvelles figurent dans des films (d'Eric Rohmer ou de Jean-Pierre Mocky notamment) et les écrits d'Annie Ernaux, par exemple. Le Grand Paris n'a pas encore sécrété un quelconque imaginaire, il reste abstrait et dispersé. En manque de représentation, il peine à mobiliser les esprits, à produire des figures (la concierge, le prolo, le Beur...), à nourrir des récits, à construire des référents voire des utopies... qui cohabitent, se superposent, interfèrent, se renouvellent en d'heureux décalages.

Un territoire n'a de sens, pour ses habitants, que lorsqu'il fait corps avec leur réalité et leur imaginaire, c'est-à-dire qu'il représente ce quelque chose d'indéfinissable, qui exprime si bien leur sentiment d'appartenance. Etre de et non pas uniquement dans tel territoire, telle agglomération, tel pays s'avère une des conditions indispensables aux relations que nouent les humains avec leur terre, tant réelle, physique, que poétique, symbolique, imaginaire.

L'être humain est à la fois situationnel et relationnel, comme le dit Georg Simmel, il est "l'être frontière qui n'a pas de frontière", aussi cherche-t-il le là de son séjour terrestre. Le Grand Paris sera-t-il un "machin" technocratique visant à labéliser "ville globale" la capitale française, une région économique plus performante inscrite dans l'espace numérique, la plaque tournante des flux touristiques internationaux ? Ou bien un lieu accueillant pour une population composite ? Pour ce faire, le Grand Paris doit déclencher bien des rêves et stimuler l'imaginaire collectif. Le pari est loin d'être gagné.

--------------------------------------------------------------------------------

Thierry Paquot est philosophe, professeur des universités, éditeur de la revue "Urbanisme".

.......................................................
QUI NE DIT MEAUX CONSENT...
http://www.meauxleforum.fr
Fabien B.
Meldois
Meldois
avatar

Masculin Nombre de messages : 2832
Age : 37
Localisation : Meaux
Date d'inscription : 16/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://www.meauxleforum.com
Revenir en haut Aller en bas
 

L'imaginaire et la ville.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Meaux ! le forum.fr :: ET SI MEAUX... :: IMAGINONS LA VILLE-