Partagez
Aller en bas
avatar
Meldois
Meldois
Masculin Nombre de messages : 2914
Age : 38
Localisation : Meaux
Date d'inscription : 16/09/2008
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.meauxleforum.com

Les caméras "piéton".

le Mar 20 Fév 2018, 23:36
source : LeParisien.fr


Les caméras « piéton », les policiers municipaux n’y voient que du positif
Par Alexandre Arlot publié le 14 février 2018

Depuis octobre 2017, les agents meldois ont filmé quelque 70 interventions à l’aide d’une caméra fixée sur leur uniforme, au niveau du buste. « Cela met beaucoup plus à l’aise », assure une policière.

A Meaux, les caméras font depuis longtemps partie du paysage. Rien d’étonnant, donc, à ce que la police municipale de l’une des villes les plus vidéosurveillées de France expérimente l’utilisation de caméras individuelles.


Meaux : la police municipale s’équipe de caméras « piéton »

Depuis le 26 octobre 2017, une dizaine de ces appareils ont été répartis entre les 80 policiers des différentes brigades. Ce nouveau dispositif est encadré par un décret du 23 décembre 2016, confirmé par un arrêté préfectoral du 22 septembre 2017.

Ces textes autorisent « les agents de police municipale à procéder à un enregistrement audiovisuel de leurs interventions ». L’inverse — filmer des policiers — est d’ailleurs tout aussi légal : une note du nouveau directeur de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne vient de le rappeler.

En un peu plus de trois mois, les agents meldois ont ainsi filmé près de 70 « événements ». L’occasion d’un premier bilan, jugé « plutôt positif » par Dominick Lemulllois, le directeur de la police municipale. « Dans certaines situations, la caméra calme les esprits, estime-t-il. Si ce n’est pas le cas, la vidéo permet alors de matérialiser les faits reprochés. »

La décision d’enregistrer ou non une intervention revient au porteur de la caméra. « Les agents vont l’utiliser face à quelqu’un qui est alcoolisé ou dans les quartiers sensibles, lorsque l’on sait que l’on va tomber sur la même clientèle (NDLR : des délinquants connus des services de police) », indique Philippe Daguet, chef du corps urbain de la police municipale.

L’usage de ces caméras dites « piéton » ou « plastron » est toutefois encadré. « Dès qu’une caméra est utilisée, cela est retranscrit sur une main courante, ajoute Philippe Daguet. Les policiers n’ont pas la capacité d’effacer les images. » Seuls ce dernier, ses deux adjoints et Dominick Lemullois sont en mesure de les extraire.

« Le nombre d’outrages diminue »
Les images sont conservées dans un ordinateur pendant six mois. Elles peuvent être utilisées à des fins judiciaires ou administratives. Les vidéos sont détruites une fois l’échéance passée.

Pour Philippe Daguet, ces caméras individuelles possèdent un sérieux avantage sur les quelque 230 appareils de vidéosurveillance qui quadrillent Meaux : le son. Le chef du corps urbain prend l’exemple d’une intervention pour violences début février, rue du Faubourg Saint-Nicolas.

« Les images laissent penser que la situation est calme, note-t-il. La caméra ne capte aucun geste déplacé. Alors qu’avec le son, on ressent la tension qui règne. C’est plus parlant. »

Principaux concernés par cette expérimentation, les policiers qui s’équipent d’une caméra en soulignent les avantages. « Cela met beaucoup plus à l’aise, assure Zineb. Souvent, lorsque nous sommes outragés, c’est parole contre parole. Avec la caméra, le nombre d’outrages diminue. »

Le nombre de caméras individuelles, lui, pourrait bien augmenter. A Meaux, l’expérimentation se poursuit jusqu’en octobre prochain. Si elle est jugée concluante, près d’un policier municipal sur deux devrait être équipé de ce dispositif.

.......................................................
QUI NE DIT MEAUX CONSENT...
http://www.meauxleforum.fr
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum