Partagez
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
avatar
Meldois
Meldois
Masculin Nombre de messages : 2852
Age : 37
Localisation : Meaux
Date d'inscription : 16/09/2008
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.meauxleforum.com
27062016
On préférera oublier la dernière saison calamiteuse du spectacle Historique "le guetteur de lumière". Spectacle qui aura tourné quand même 2 ans. La nouvelle version : «HEROÏQUE», emmenée entre autre par Pierre Corbel (le directeur du théâtre Luxembourg) , tente de renouer avec le spectacle tel que l'avait imaginé et conçu Charles Beauchard. Je ne l'ai pas encore vu. Et je laisse donc cet article du Parisien en parler (à lire ci-dessous). 

Apparemment il faudra que le spectacle revoit certaines scènes et fasse quelques ajustements, et on lui laissera volontiers le temps de se roder... mais il semble dores et déjà nettement mieux que l'édition précédente (il aurait été difficile de faire plus mauvais, en même temps...), les bénévoles sont remis à l'honneur, et la trame semble plus claire : ouf ! Quel dommage cependant d'avoir perdu toute la dynamique des spectacles précédents et de devoir repartir aujourd'hui, peut-être pas de zéro, mais en tout cas et à cause de la parenthèse "le guetteur de lumière" en ayant perdu la mémoire et un savoir faire de mise en scène de presque 30 années d'expérience.

Si vous avez vu la nouvelle édition du Spectacle Historique de Meaux, n'hésitez pas à partager ici vos impressions !


_________

« Héroïques », un spectacle historique rythmé, décalé et réussi
Par Valentine Rousseau publié le 23 juin 2016

Plus rythmée et plus colorée, la nouvelle version du spectacle historique de Meaux « Héroïques » relève le défi de raconter des scènes marquantes et hautes en couleur de l’histoire de la ville tout en osant des clins d’œil humoristiques et des intermèdes décalés. Une première plutôt réussie.


« Héroïques » a été créé et est dirigé par Pierre Corbel, directeur des Affaires culturelles à la mairie de Meaux. Lors de la première, samedi soir, le « chef d’orchestre » était très tendu puis « soulagé » au clap final. Pas de couacs techniques et des figurants, tous bénévoles, qui ont dansé, joué et déclamé juste.



L’histoire en mode décalé. 
Le spectacle offre des moments en direct, avec un Monsieur Loyal drôle (lire l’encadré), un trio de musiciens jouant en direct ou de vrais moments comiques. Notamment lorsque, dans la scène retraçant l’occupation anglaise, le roi Henri V s’offusque que les Meldois se moquent de lui. Cette nouvelle version ose, avec succès, des danses hip-hop. Elle dégage à la fois poésie et lyrisme.


Bossuet à paillettes et en slam. La scène de Bossuet est probablement la plus réussie sur ce ton décalé. Pierre Corbel à la batterie en chemise rose fluo joue en live avec deux autres musiciens, pendant la construction en accéléré de la cathédrale. Un buste de Bossuet à paillettes tourne sur lui-même. Un bénévole récite une oraison funèbre de l’Aigle de Meaux… en slam. « Celui qui règne dans les cieux, et de qui relèvent tous les empires, à qui seul appartient la gloire, la majesté et l’indépendance, est aussi le seul qui se glorifie de faire la loi aux rois, et de leur donner, quand il lui plaît, de grandes et de terribles leçons… » Pierre Corbel a passé du temps à dénicher « un texte de Bossuet toujours d’actualité ».

Le final juste et émouvant. Un papi marocain discute avec son petit-fils, en 1964, à l’occasion du cinquantenaire de la Première Guerre mondiale. Il évoque les tirailleurs Marocains qui avaient combattu contre les Allemands, lors de la bataille de la Marne, puis dit à l’enfant : « Allez, on rentre à Collinet ». Cet échange entre deux générations sonne juste et dégage de l’émotion. Avant la cacophonie mondiale d’un monde ultra-connecté où l’on marche en accéléré, où tout va très vite.

Pas assez de foules. Il manque des effets de foule dans les scènes qui le nécessitent, comme l’accueil du général de Gaulle ou les fêtes populaires. La première scène, montrant des soldats de 1914 tombant au front, s’étire un peu avant le générique et le spectateur comprendrait mieux certaines scènes si elles contenaient davantage de dialogues.


__________


« C’est émouvant de voir 300 figurants sur scène », témoigne Yann Papin, le Monsieur Loyal du spectacle


Yann Papin préside l’association qui gère le Théâtre Gérard-Philipe, où il a fait ses premiers pas de comédien voilà vingt ans. Ce comédien, aujourd’hui professionnel, incarne un Monsieur Loyal convaincant dans Héroïques. Il distille de l’humour et guide avec succès le spectateur dans certaines scènes historiques.

« J’ai accepté ce rôle proposé par Pierre Corbel parce que c’est émouvant de voir 300 figurants sur une même scène. » Le plus délicat pour ce nouveau bénévole a été d’apprendre à dire son texte dans un micro. Yann Papin interrompt la construction de la cathédrale, interpellant le public pour proposer un chantier en accéléré.
« Je trouve super d’intégrer des moments en live et d’être en interaction avec le public. » Ses scènes préférées ? « La prise de la Bastille, le final de la marche accélérée dans les couloirs du métro, le théâtre de marionnettes durant le siège des Anglais. »

_________

Les gradins de 900 places sont installés dans la cour de la Cité épiscopale, au pied de la cathédrale. Prochaines représentations le 24 juin, puis les 2,8, 9, 15 et 16 juillet ; à 22 h 30. 
Tarif : 17 €, 5 € pour les moins de 12 ans. 
Renseignements : http://www.ville-meaux.fr/fr/tourisme/le-spectacle-historique.html

.......................................................
QUI NE DIT MEAUX CONSENT...
http://www.meauxleforum.fr
Partager cet article sur :Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Commentaires

Aucun commentaire.

Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum