Partagez
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
avatar
Meldois
Meldois
Masculin Nombre de messages : 2854
Age : 37
Localisation : Meaux
Date d'inscription : 16/09/2008
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.meauxleforum.com
30072014
D'une idée lancée à l'occasion de la réfection de la place et du parvis de la cathédrale (inaugurée en juin 2013), et évoquée encore en fin d'année dernière (automne 2013), on attend toujours la réalisation d'une fontaine sur le parvis de la cathédrale de Meaux.

Une jolie idée somme toute, dont je n'avais pas encore discuté ici, et que j'aborde aujourd'hui par une actualité qui lui fait écho et la polémique autour d'une fontaine repeinte en bleue sous l'impulsion de la municipalité FN d'Hayange. Je vous met le lien qui me parait le plus intéressant sur l'affaire > Une mairie FN repeint une œuvre d'art : la colère de Filippetti est légitime, mais... (source > LePlus, Nouvel Obs) Il y a beaucoup de questions dans cette news (qui est sans doute "beaucoup de foin pour pas grand chose", si on la replace dans un contexte non politique) : sur la question de la propriété de l'œuvre (artistique), sur la commande publique et le 1% artistique, sur la question du patrimoine ou encore même de l'art et du gout esthétique.

Bon entre nous j'espère qu'on ne fera pas appel au même "artiste" pour la réalisation de la fontaine dont le thème retenu (la maternité), pourrait nous valoir aussi qu'on nous ponde un oeuf.

-------

présenté sur le site de la DRAC dIle-de-France
« Cette fontaine sera traitée dans un esprit contemporain, accessible à tous. Le sujet de caractère profane sera une mère et son enfant : une maternité. Elle sera posée sur un socle en pierre dont le traitement symbolisera la diversité et la vitalité de la ville de Meaux par l'intermédiaire de thèmes tels que la Marne, l'activité économique, les différents quartiers... L'idée forte étant d'exprimer la relation entre les différents quartiers et notre époque, entre la ville ancienne et la ville actuelle, entre la pierre sculptée gothique et une œuvre plastique de notre siècle. Les dimensions de l’œuvre seront en relation avec celles du site : c'est à dire la Place de la Cathédrale où un emplacement à d'ores et déjà été réservé. La fontaine pourra être réalisée en pierre en tout ou partie, le métal pouvant y être associé. »


Dernière édition par Fabien B. le Jeu 31 Juil 2014, 11:10, édité 1 fois

.......................................................
QUI NE DIT MEAUX CONSENT...
http://www.meauxleforum.fr
Partager cet article sur :Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Commentaires

avatar
L'origine de ce projet, est le souvenir d'une fontaine créée au XIIIème siècle (moyen âge) et disparue 3 siècles plus tard. La fontaine était une sculpture de pierre, une colonne gothique ornée de bas relief représentant les paroisses de Meaux (sans doute figurants les saints patrons de ces paroisses : Sainte Céline, Saint Faron, Saint Rémy...), posée sur un bassin percé de têtes de lion, et servant de piédestale à une Vierge à l'enfant... sujet religieux mais aussi profane et irrévérencieux, puisque l'eau jaillissait des seins de la vierge et du zizi du petit jésus. Un peu le "manneken pis" local (nos ancêtres avaient de l'humour)...

En voici la seule (?) représentation connue (j'ai perdu la source de l'image, tirée d'un ouvrage des archives locales... si vous l'avez n'hésitez pas à la notifier)




----------

Le reste est expliqué dans cet article du Parisien, daté du 1er octobre 2013 >

Bientôt une fontaine sur l'esplanade de la cathédrale ?
Un fonds de dotation pour le patrimoine du pays de Meaux et Brie veut installer une fontaine sur l'esplanade de la cathédrale. Comme autrefois...


La fontaine pourrait être implantée entre la cour de la cité épiscopale et l'entrée principale de la cathédrale, au pied des marches.(photo : le Parisien.fr)

Avant d’évoquer l’avenir, intéressons-nous au passé… Il faut remonter jusqu’en 1200, au temps de Thibault III, comte de Brie et de Champagne.

C’est à cette date qu’une fontaine est édifiée devant la cathédrale. Elle représente une Vierge à l’enfant qui surmontait quatre niches, symboles des différentes paroisses. À l’époque, la fontaine était un lieu où prêtres, ouvriers, bourgeois et commerçants se rencontraient. L’édifice sera détruit en 1512. Et depuis, plus rien !

Une œuvre profane
Au lendemain des travaux de rénovation de l’esplanade, l’idée a donc germé dans l’esprit d’amoureux du patrimoine… Et si la fontaine renaissait ? « On ne veut surtout pas faire une reproduction de celle qui a existé mais nous verrions bien une œuvre profane symbolisant la société actuelle » expliquent Michel Villaume et Jean Beslier.

Tous deux se sont unis à l’association Cobaty Meaux et à la société historique de Meaux et sa région pour créer un fonds de dotation pour le patrimoine du pays de Meaux et Brie.

« Nous pouvons ainsi recueillir des dons qui nous permettront de financer la réalisation de la fontaine. Et on est allé plus loin encore… » L’objet de cet organisme est plus vaste avec la restauration d’oeuvres patrimoniales, la création d’œuvres contemporaines ou encore la mise en valeur et la conservation des sites et richesses archéologiques…
Les dons sont les bienvenus

Ce fonds de dotation a un réel avantage : recevoir des dons de toutes natures (argent, portefeuille titres, legs…). D’autant que les particuliers, comme les entreprises, bénéficient d’exonération fiscale.

Un argument qui a déjà fait mouche depuis la création du fonds de dotation en février dernier : « nous avons recueilli 50 000 €. C’est une belle somme mais malheureusement pas suffisante. Il nous faut au moins le double pour réaliser la fontaine ».

Tout en allant à la pêche aux dons, ces passionnés de patrimoine vont lancer un appel à candidature auprès d’artistes. « Nous en choisirons 4 ou 5 sur dossier. Ils devront proposer une œuvre à un jury composé de nos membres mais aussi des représentants de la Ville, de l’Évêché et des Bâtiments de France ».

Pour faire un don, contactez le 01 60 25 56 24. Adresse : Fonds de dotation PM et Brie, chez M. Villaume, BP22, 77101 Meaux cedex.

Dernière édition par Fabien B. le Mar 22 Sep 2015, 15:12, édité 1 fois
avatar
Petit commentaire sur ce projet...

Je trouve l'idée vraiment intéressante, et j'y adhère. Il y a longtemps qu'il n'y a pas eu de projet mélangeant artistique et patrimoine à Meaux et cela fait du bien. Mais (ben oui parce qu'il y a un mais) il y a deux choses que je regrette.

D'abord c'est le contexte, le lieu dans lequel sera réalisé la fontaine. Je ne reviendrais pas dessus, j'ai suffisamment exprimé sur ce forum mon grand mécontentement sur le réaménagement du parvis de la cathédrale. Réaliser une fontaine dans ce cadre, c'est dommage. Faire un lieu de convivialité autour d'une fontaine, comme le souhaite les initiateurs du projet auraient eu plus de sens à se faire dans un espace pensé pour le piéton. Ce serait aussi valable pour un autre projet dans les cartons de la ville : celui d'un kiosque (artistique) envisagé place Henri IV... oui mais à condition que l'on repense entièrement la place Henri IV ! Ces "équipements" (ou ces interventions), n'ont de sens que par l'espace publique qui les porte (leur emplacement, la façon dont ils s'articulent avec les autres éléments de l'espace, dont ils se connectent aux réseau...). Si l'espace publique fait défaut, le projet ne peut pas être satisfaisant, et même si le projet est de grande qualité.

L'autre regret que j'ai, c'est que les initiateurs du projet ont résumé la fontaine à une sculpture. Or la fonction première de la fontaine originelle était utilitaire : c'était d'abord apporter de l'eau potable aux habitants de Meaux (ce qui en a fait un lieu de rencontre et d'échange). Aujourd'hui on n'a pas le souci de l'utilité (on ne fera pas une fontaine Wallace), mais celui de l'agrément et de l'esthétique.
Mais c'est là aussi le petit regret de penser la fontaine comme une sculpture, et pas comme un jeu (un jet) d'eau... Et une fontaine peut être quelque chose de très immatériel et sans symbolique particulière : si il s'agit juste d'un jet sortant du pavé, d'un brouillard, d'un miroir d'eau, d'une cascade sur un mur ou un escalier...

Bref j'espère que la sculpture sera réussie et ne sera pas un choix trop consensuel (comme hélas ça arrive souvent).
avatar
Petite remarque encore. Je trouve une contradiction dans le programme retenu par les commanditaires : faire un clin d'œil à la fontaine originelle, en retenant le thème de la mère et l'enfant (à la place de la vierge et de l'enfant Jésus) sur un socle (colonne) représentant les quartiers de la ville (au lieu des paroisses) mais sans que l'ensemble ne soit un pastiche. Bref on veut la même chose mais différemment. Il aurait peut-être mieux fallu vouloir la même chose. Du moment où on décide de faire une œuvre d'art, rien n'aurait empêché de faire une copie ressemblant à l'originale, et dans un style gothique (il y avait bien une petite gargouille juste face à la cathédrale, qui, bien qu'elle ai été créée dans les années 1970, faisait tout à fait illusion). Après tout la copie, ou une démarche à la Violet-Le-Duc (rendre un lieu, une architecture, dans un état projeté mais qui n'a jamais existé) est tout aussi légitime qu'une œuvre abstraite ou "faussement" moderne (beaucoup d'artistes contemporains, comme Koons ou Wim Delvoye ont un style pop et ultra réaliste et n'hésitent pas à faire référence à certains styles voir à copier). Ou sinon vouloir quelque chose de totalement différent. Bien entendu ce n'est que mon point de vue. Wink
avatar
Un article de 77info, évoquant la fontaine, est paru en juin de l'année dernière (2013) à l'occasion de l'inauguration de la place de la cathédrale. A lire et écouter (en podcast) ici > Meaux, bientôt une fontaine sur le parvis de la cathédrale
avatar
Quelques recherches sur le net m'ont permis de trouver quelques images de fontaines (de différentes époques et différents lieux) toutes aussi "osées", que celle (hélas) disparue du parvis de la cathédrale de Meaux. Et ce petit inventaire, que je vous propose de découvrir ci-dessous, aurait tendance a me conforter dans l'idée qu'une copie de l'ancienne ne serait pas du tout hors sujet.

On commence par les fontaines "allaitantes". Sujet païen récupéré par le catholicisme, et dont on trouve de nombreuses représentations dans l'art religieux. Comme dans ce tableau de Alonso Cana (Saint Bernard et la Vierge, 1650), représentant le mircale de Saint Bernard de Clairveaux (1090-1153).




Les fontaines dans la mesure où elles participent de l'espace public, ne relèvent pas forcément du religieux pur. Et comme pour les gargouilles à l'extérieur des cathédrales, les artistes du moyen âge et les suivants, se sont permis quelques libertés et interprétations plus proche des codes de la société civile.


Voici une fontaine du 16ème siècle, des jardins de la Villa d'Este (Italie), représentant la déesse Diane/Artémis d'Ephèse. Déesse mère païenne dont la poitrine est recouverte de multiples seins. (source Wikipedia)


Toujours en Italie à Bologne, cette sirène à la pose lascive, qui fait parti d'un groupe dit fontaine de Neptune. (source > weburbanist.com)


Il n'est pas question d'érotisme à Nuremberg (Allemagne), avec la fontaine des vertus due à Bénédicte Wurzelbauer, qui "termina la fontaine des Vertus en 1589 en commande du Conseil Municipal d`Empire. Les Vertus: l`Amour, l`Espérance, la Bravoure, la Sobriété et la Patience sont ici personnifiées." (source > office de tourisme de Nuremberg ) Il me semble que nous ne sommes pas loin ici du style de la fontaine de Meaux, même si celle de Meaux a été détruite (en 1512) plusieurs décennies avant que celle-ci ne soit construite (peut-on y déceler quand même un lien de parenté ?)
(source > TourismusNuremberg.de )



On trouve encore cette fontaine des femmes, par Niki de Sainte Phalle, et installée dans le jardin des Tarots (grande œuvre de l'artiste), situé en Toscane (Italie). (source > drmomma.org)


On notera encore, que le sujet de l'allaitement est un sujet sensible, un peu taboo, encore a notre époque. Avec ses partisan(e)s et ses détracteurs(trices). Et surtout cette pudibonderie sourde de la société qui mène certaines femmes à militer pour avoir le droit d'allaiter leurs enfants dans l'espace public. Le fait que les initiateurs du projet de recréation de la fontaine se censurent eux mêmes sur le fait de vouloir s'éloigner du sujet originel "choquant" (mais pour qui vraiment ?) en est sans nul doute une manifestation... politiquement correcte quand tu nous tiens !

Dernière édition par Fabien B. le Mar 22 Sep 2015, 15:15, édité 2 fois
avatar
Parmi les autres fontaines que l'on peut trouver dans le même esprit...

On ne présente plus le petit bruxellois : le Manneken Pis (dont l'origine remonte a 1388). (source > wikipedia)




Et son pendant féminin la Jeanneke Pis, réalisée en 1985 par le sculpteur Denis-Adrien Debouvrie.



Plus originale, voir carrément étrange, cette fontaine représentant certaines "fonctions" du corps humain (transpiration, nez qui coule, vomissement, larmes...). Intitulée “The Big Giving", cette œuvre de Klaus Weber (un artiste allemand), a été installée dans un parc de Londres après avoir été exposée dans divers musées. (source > weburbanist.com)





On trouve encore, dans la cour intérieur du Musée Kafka de Prague, cette fontaine due à David Cern, intitulée sobrement "Piss"... qui non seulement représente deux hommes face à face en train d'uriner, à la particularité de permettre aux visiteurs, d'envoyer par sms un message à la fontaine, qui sera retranscrit dans les jet d'eau des deux hommes. Une fontaine potache quoi... (source > lumières de la ville.net)



Dernière édition par Fabien B. le Ven 01 Avr 2016, 13:30, édité 2 fois
avatar
A signaler... un lien de parenté entre notre fontaine meldoise disparue, et cette fontaine dédié à la sainte vierge, sur la place face à la cathédrale Santa Maria de Burgos (en Espagne). Une fontaine en pierre, représentant la vierge sur une colonne, surplombant un bassin octogonal. Probablement dans des proportions assez proche. (source photo > wikipedia)




(source > PhotoAlsace.com)


Dernière édition par Fabien B. le Ven 01 Avr 2016, 13:34, édité 2 fois
avatar
Je doute que si fontaine il y a, elle présente des attributs féminins ou masculins. N'oublions pas que rue Bossuet, non loin de la cathédrale, se trouvait un moine à lunettes qui montrait son postérieur aux passants et qui a disparu il n'y a pas si longtemps que cela. Alors une fontaine dont l'eau jaillirait d'un téton ou d'un pénis.....
avatar
Et bien ça va se faire ! chouette nouvelle !
En espérant que le projet soit beau... et pas trop consensuel. Mais c'est bien aussi de ménager la surprise jusqu'au bout. Content que ce projet aboutisse.

__________

source: JournalLaMarne.fr

La fontaine sur l'esplanade de la cathédrale sera inaugurée en juin
Une nouvelle fontaine sera installée en juin devant la cathédrale de Meaux. La statue en bronze mesurera 2,80 mètres et représentera la maternité.
publié le 30/03/2016 par Gurvan Abjean



Michel Villaume (à gauche) et Jean Bélier (à droite) ont récemment marqué au sol l'emplacement de la future fontaine. Plus que quelques semaines avant l'inauguration.

Ils veulent garder le secret jusqu’au jour de l’inauguration, en juin prochain. Impossible de négocier une image de la statue. Ce n’est pas faute d’avoir essayé mais « l’effet de surprise » est trop précieux pour les porteurs de ce projet ambitieux.

Une statue en bronze
Nous avons tout de même une idée un peu plus précise du monument que les Meldois pourront découvrir sur la place, devant la cathédrale. Son nom : "La source de vie, Marne coule paisible et fertile". Il s’agira d’une représentation de la maternité en bronze. Une femme et son enfant sur un socle en granit clair

« L’eau ruissellera sur le socle créant un miroir d’eau », détaille maître Michel Villaume, notaire à Meaux et président du fonds de dotation qui a financé l’opération. Sophie du Buisson, choisie parmi une quarantaine de candidats, a réalisé la sculpture qui mesurera 2,80 mètres ; Jean Bélier, architecte à la retraite, a imaginé le socle en granit, un carré de 2 mètres de côté.

Le cœur historique de Meaux va donc retrouver une fontaine, comme au Moyen Age. Une sculpture a été édifiée au XIIIe siècle et détruite au début du XVIe, sous l’évêque Guillaume Briçonnet. Elle représentait la Vierge Marie et son enfant. L’eau jaillissait des seins de la vierge et du zizi du petit Jésus. « J’aime potasser l’histoire de la ville, explique Alain Bourgeois, conseiller municipal délégué aux travaux et à la voirie. Dans un bulletin de la Société historique de Meaux et sa région, qui date des années 60 je crois, André Endres, ancien conservateur du musée Bossuet, parle de cette fontaine qui était alimentée par une source venant de Crégy. Je me suis dit : pourquoi ne pas en implanter une nouvelle au même endroit ? »

Plus de 50 000 euros grâce au mécénat
La mairie a été séduite par cette idée mais ne souhaitait pas s’engager financièrement dans le projet qui coûte plus de 50 000 euros. Alain Bourgeois s’est donc tourné vers le mécénat et a créé le fonds de dotation « Patrimoine du Pays de Meaux et de Brie » avec son ami Michel Villaume.

Un fondeur auvergnat doit « couler » la statue dans les prochains jours. La date exacte de son installation n’est pas encore définie. Mais dans trois mois maximum, la maternité sera honorée sur les pavés meldois.

Pour faire un don au fonds de dotation : 01 60 25 22 22.
avatar
Pour vous faire une idée du style qui a été retenu pour cette fontaine. Un petit tour sur le site internet de la sculptrice Sophie du Buisson : http://www.du-buisson.com

Quelques images...







Et l'artiste a l'oeuvre en video...

avatar
Ah ben l'article n'aurait pas paru le dernier jour de mars, on aurait pu croire à un poisson d'avril.
C'est une bonne chose que d'installer une fontaine, mais les travaux pour acheminer les canalisations sont déjà en cours ? Je n'ai rien vu il y a 10 jours de cela.
Et ceci explique aussi pourquoi ce quartier sera interdit aux véhicules les samedis, mais du coup, il faudrait que cette interdiction soit pérenne, pour pouvoir profiter de cette fontaine.


A Meaux, l'évêque Guillaume Briçonnet a dû se plier à la liturgie gallicane imposée par la volonté du roi et du clergé conservateur, en détruisant la fontaine du parvis de la cathédrale ( voir plus haut la reproduction du dessin de la fontaine par le curé Janvier). 

En Autriche, sur la frontière allemande, pays de Salzburg à Grossmain,  dans un milieu très catholique respectant aussi le  pape de Rome, la contre-réforme catholique s'exprime par un art baroque des plus exubérants. 

C'est uneFontaine surmontée de la Vierge en marbre aux doubles visages de Marie, exécutée par le sculpteur Johann Schwaiger en 1693 qui se dresse  toujours aujourd'hui sur le parvis de l'église. Elle a comme la grande femme du ciel, la lune à ses pieds et les étoiles autour de sa tête intégrant la conception astrologique théologique de l'époque.

D'un côté la vierge Marie accueillant la "grâce" de Dieu et de l'autre,  la mère donnant la "grâce "à son fils jésus Christ et à tous les hommes. De ses seins coulent la vie... 
avatar
On avait des goûts plus funs à une autre époque...
C'est mon humble avis, mais je trouve que c'est vraiment une idée à la noix cette fontaine. La fontaine c'est typiquement le truc qui finit par ne plus fonctionner au bout d'un certain temps "parce qu'il faut faire des économies" et que ça coute cher à entretenir. Alors elle dépérit pour finir en réceptacle à feuilles mortes, ou pire, en jardinière : l'outrage ultime.

J'ai au moins deux exemples à Meaux : la fontaine de la place Ceaucescu et celle du rond-point de Beauval. Je suis sûr qu'on peut trouver d'autres exemples. Je pense aussi aux puits artésiens, qui heureusement, ne demandent pas d'entretien, et c'est tant mieux, parce qu'on ne leur en donne pas-du-tout.
avatar
D'où le choix j'imagine prévu, au cas où la fontaine ne fonctionnerait pas, d'avoir aussi une sculpture sur un socle. Pas un choix moderne, mais efficace.

Et justement la question de l'entretien, c'est aussi important. Est-ce qu'il n'y aurait pas dans le "bien s'occuper d'une fontaine", le "bien s'occuper de la Ville" ?
avatar
source: LeParisien.fr

La fontaine de la cathédrale inaugurée samedi (18 juin 2016)
Publié le 16 juin 2016

Il ne reste de la fontaine du XIIe siècle que ce dessin d’époque, réalisé par André Endres, ancien conservateur du musée Bossuet et archivé à la médiathèque. (Fonds de dotation patrimoine Meaux.)


La fontaine du parvis de la cathédrale sera inaugurée samedi à 14 heures. Cette fontaine en bronze de 2,80 m de haut a été financée par le Fonds de dotation pour le patrimoine du Pays de Meaux, présidé par maître Michel Villaumé, notaire. Ce fonds, créé en février 2013, collecte des dons d’entreprises et de particuliers.

Cette fontaine porte le nom : "La source de vie, Marne coule paisible et fertile". Elle représente la maternité, à travers une femme et son bébé sur un socle en granit conçu par Jean Bélier, architecte à la retraite. L’eau ruissellera de ce socle, créant un effet de miroir. La sculpture, de Sophie du Buisson, s’inspire de la fontaine du XIIe siècle (en dessin), qui montrait une Vierge à l’enfant, au pied de laquelle cinq niches abritaient les saints Étienne, Nicolas, Thibault, Christophe et Rémi, les patrons de la ville et des faubourgs. L’eau jaillissait de quatre tuyaux. La fontaine a été détruite en 1512.
avatar
Premières photos. Et autant le dire tout de suite : cette sculpture ne rend rien en photo ; à cause du point de vue bas, à cause du décor (grilles fermées, fils électriques au ciel, palissade de chantiers devant la cathédrale... les points de vue sont vite limités), à cause de la couleur sombre du bronze, de la lumière au moment où j'ai fait la photo... bref, elle s'apprécie en vrai, et je vous invite à la découvrir sur place.








Quelques remarques.

J'ai été très surpris des commentaires que cette sculpture a pu susciter sur les réseaux sociaux. Et entre autre reproche, que c'est l'argent du contribuable que l'on fout en l'air ici. Alors qu'il avait été dit et répété, qu'il s'agissait d'un don et d'une action de mécénat privé. Passons.

Mais le plus triste ce sont les réactions et commentaires lancés par un certain nombre : "c moche", "c ideu" (je retranscris tel que lu), et autres " abominations " et expression de dégoût, d'horreur...

Que cette sculpture ne laisse pas indifférent, c'est plutôt intéressant (et je ne lui aurai pas prêté cette qualité de prime abord, je dirais pourquoi plus loin). Qu'elle n'emporte pas l'adhésion général, c'est normal. Qu'elle ne corresponde au goût de tous, également. Et d'ailleurs elle n'est pas à mon goût. Mais à la différence des réactions précédemment citées, je sais l'exprimer autrement que par un jugement de valeur. Et même l'argumenter. Parce que j'ai une certaine culture artistique qui me permet de le faire : j'ai suivi des cours d'histoire de l'art (au lycée, à l'université), je fréquentes les musées, les expos, je m'intéresse à différents courants artistiques... Que tout le monde n'ai pas de culture artistique, je peux le comprendre. Mais il me semble tellement fondamental, de savoir ce qu'est un jugement de valeur, de savoir dire "j'aime / je n'aime pas", "ça me plait / ça ne me plait pas", "je trouve ça beau / je trouve ça laid" et non pas "c'est moche", "c'est laid", "c'est pas bon"... que d'en venir à devoir reprendre des adultes dans des discussions et leur faire la leçon (qu'ils n'entendent pas j'ai l'impression) sur un sujet comme celui-ci, me laisse coi. Ou l'expression de l'étroitesse d'esprit de certains. C'est inquiétant, et je ne sais quoi en penser d'autre.


Choix artistique et "bon goût".

J'ai écrit précédemment que cette sculpture n'était pas à mon goût. J'aurai préféré une oeuvre plus figurative (ou au contraire plus abstraite). Et surtout plus dans l'esprit de la fontaine originale : c'est à dire avec une certaine forme d'irrévérence ou d'humour. Cette sculpture est très sérieuse, très sage, très consensuelle.

Je lui trouve aussi l'expression d'un "bon goût" bourgeois. Un goût qui correspond à ce que l'on vend dans de nombreuses galeries d'art (que l'on voit par exemple Place des Vosges ou dans le Marais à Paris). Une oeuvre, pas dénuée totalement d'intéret, mais dans un style hérité des sculpteurs de la fin du XIXeme début XXeme : Rodin, Modigilani, Brancusi. Entre abstrait et figuratif, un peu primitif, où l'expressif à pris le pas sur le récitatif (c'est à dire qui ne raconte pas d'histoire). A une autre époque cette sculpture aurait été osée, mais pas aujourd'hui... enfin en tout cas pas pour moi. Mais vu les réactions de certains... Cette sculpture répond parfaitement à la commande qui a été faite : "Cette fontaine sera traitée dans un esprit contemporain, accessible à tous.", mais apparemment elle n'est de toute évidence pas accessible (compréhensible) à tous. Ce sont aujourd'hui ces réactions, essentiellement, qui me la font regarder d'un oeil un peu différent, et lui donne des qualité et une force que je ne lui aurai pas donné.

Esthétiquement, elle s'inscrit plutôt bien dans son contexte (même si on ne voit pas bien avec quels éléments autour elle est en alignement ou en tension) : longue silhouette noire, totem élancé, assez élégant dans son mouvement, dans ses détails (les mains, les oreilles, le ventre de la femme...). L'expression de la douceur et de la féminité sont là. Mais je trouve qu'il lui manque un visage. Le visage c'est un engagement, et c'est ce qui manque à cette sculpture, peut-être un peu trop éthérée, pas assez humaine. Il lui manque une histoire à raconter.




Une fontaine ratée ?

On sait la difficulté d'entretenir les fontaines (cela a été dit par Téel un peu plus haut dans la discussion). Même quand les fontaines sont de taille modeste, comme celle-ci. Et c'est plutôt malin d'avoir associé une sculpture à cette fontaine, qui lui garantira une beaucoup plus longue durée de vie.

Mais du coup ce qui fait la fontaine, c'est à dire le socle de la sculpture, est assez décevant. Pour ne pas dire raté.

Le choix de faire ruisseler l'eau (sans bruit) sur une forme d'escalier, rapproche cette fontaine plus d'une installation de sanitaire (genre, grande vasque / lavabo / urinoir), que ce qu'on aurait souhaiter d'une véritable fontaine.

Et on regrettera en premier lieu un bassin, en eau et avec le clapotis de l'eau qui coule dans le bassin, avec un rebord suffisamment large et haut pour pouvoir s'y asseoir.

La fonction d'une fontaine c'est de servir de point de rencontre, de se retrouver autour, de s'y donner rendez vous, de s'y prélasser (comme on voit sur le dessin de l'ancienne fontaine)... et là ça ne fonctionne pas. Dommage.

La plaque à l'arrière du socle, rappel de la fontaine originale est par contre bien vu.






Conclusion.

Je ne suis personnellement pas entièrement conquis par cette fontaine. Mais je lui reconnais cependant certaines qualités. Et je suis surtout très heureux qu'elle existe. Et que le projet de longue date qui l'a porté aie pu se réaliser. Meaux n'est pas très dotée en art. Ses rues en sont pauvres. Remettre de l'art en ville, c'est mettre la culture dans l'espace public, et c'est par la même lui redonner de la valeur. Et toute initiative en ce sens sera toujours la bienvenue, quelque soit la forme qu'elle prenne !
avatar
source : LeParisien.fr

La nouvelle fontaine devant la cathédrale séduit les passants
Publié le 19/06/2016 par Jessica Chen

Sur le parvis de la cathédrale de Meaux, ce samedi après-midi, nombreux sont les passants qui s’arrêtent devant la nouvelle fontaine, qui orne désormais la place. Inaugurée à 14 heures, la fontaine se compose d’une statue représentant une femme debout, portant un bébé, sur des marches d’escaliers, d’où ruisselle de l’eau. Au dos, une plaque indique son nom « Source de vie - Marne coule paisible et fertile », et précise qu’« ici se dressait une fontaine du XIIIe siècle au XVIe siècle ».

Un groupe de touristes, en visite à Meaux, s’arrête devant elle. « La statue est une allégorie de la Marne, et se tourne donc vers la rivière », explique le guide de l’office de tourisme meldois. « Je trouve la statue très jolie », affirme Béatrice, venue d’Athis-Mons (Essonne), avec la communauté de son église. « Elle ne dévoile pas trop les formes de la femme, tout est en délicatesse », ajoute cette quadragénaire, en se prenant en photographie devant la fontaine. Un avis partagé par la plupart des Meldois croisés ce samedi, parmi lesquels Renaud et Barbara : « Nous sommes agréablement surpris, nous nous attendions à quelque chose de plus classique, dans le même style que la cathédrale, affirme ce couple de trentenaires, qui a fait un détour spécialement pour découvrir la fontaine. Nous pensions que l’eau allait jaillir, mais c’est très joli ainsi, c’est sobre. » « Je pensais que c’était la vierge et l’enfant, mais finalement, j’ai vu que c’était « Source de vie », commente Bernard, un Meldois de 57 ans. C’est original. »

Une ressemblance loin d’être due au hasard, selon Mickaël Wilmart, historien local et auteur du livre « Meaux au Moyen-Âge », également venu découvrir la sculpture. « La Marne, en latin, signifie mère », explique l’universitaire, qui a consacré un article de recherche à l’ancienne fontaine. Cette dernière, qui daterait en réalité du XVe siècle, selon lui, aurait été édifiée lorsque la ville de Meaux était coupée en deux municipalités. « La fontaine ne représentait alors que les cinq paroisses d’une partie de la ville, poursuit-il. Lorsque Meaux a été réunifiée, peu après 1510, les deux paroisses de l’autre partie de la commune, réunies avec les cinq autres, n’étaient donc pas représentées par la fontaine. Symbole de la division, elle a alors été détruite, sous prétexte d’un défaut de tuyauterie… »
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum